Lorestone et pnj

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Lorestone et pnj

Message par Keja le Mar 28 Aoû - 1:54

Mon personnage Hua Zhu ayant bien vécu, il est temps pour lui de disparaître. Mais la soif de connaissance qu'il avait... autant que ça serve à tous le monde !
Voici donc les informations récoltés au cours des derniers mois par Hua Zhu, les récits des PNJ ainsi que les lorestones disséminées aux quatre coins des terres d'exils.
Tout n'est pas forcément très intéressants mais certains textes donnent matière à réflexion !






Les récits d'Arcos, le voyageur.

1_/  Au commencement.

« Au début, nous n'étions que quelques-uns. Mais maintenant... C'est à croire que de nouveaux imbéciles nous rejoignent chaque semaine. Les autres sont loin d'être aussi sympathiques que moi, note bien.  Gare où tu mets les pieds. Il y a beaucoup de gens désespérés, ici. »

2_/ Le bracelet.

« Le bracelet ? Il est impossible de l'enlever. J'ai vu un fou se trancher le bras pour tenter de s'en débarrasser. Il s'est vidé de son sang devant moi. C'était plutôt moche. Laisse-le. Tu commenceras à entendre les voix bien assez tôt. Et ensuite, tu te mettras à voir les fantômes. Je ne pense pas que les voix s'adressent à nous. A mon avis, elles parlent à quelqu'un d'autre. Ou elles parlaient autrefois et ne sont que des échos. Quelque chose me dit qu'elles sont très anciennes. Mais de quand datent-elles ? Mystère. »

3_/ La barrière maudite.

« Ces piliers nous empêchent de partir d'ici. On leur donne différents noms : la barrière maudite, la clôture spectrale, la frontière... Mais son appellation n'a que peu d'importance, n'est-ce pas ? Un jour, j'en ai fait le tour. En faisant bien attention de ne pas la franchir, bien sûr. Une fois, au nord, j'ai vu des gens de l'autre côté. Eux aussi portaient tous un bracelet comme le nôtre, mais pas avec des émeraudes, avec de l'ambre. Cela incite à se poser des questions, non ? »

4_/ Le passé.

« Je ne suis pas un érudit, mais j'en ai rencontré quelques-uns, par ici. Tous avaient des théories plus folles les unes que les autres sur les ruines éparpillées dans la région. Lémuriens, rois géants, Khari, hommes-serpents valusiens... ces noms ont-ils un sens pour toi ? Non ? Ce n'est pas grave. La vie m'a appris que les gens qui se tournaient trop vers le passé se faisaient généralement dévorer par les crocodiles dans le présent. »


------------------------------------------------------------


Jamila la reine des pirates.

1_/ Reste à distance...

«  Surveille bien ton ombre, pauvre cloche. T'as pas la démarche des crétins qui viennent chercher la lame du Boucher de Khwarizm. Alors on doit pouvoir causer... si tu gardes tes distances. »

2_/ Chiens de mutins !

« Tu viens te moquer du capitaine qui a perdu son navire et son équipage ? A cause de ces chiens de mutins, je suis plus exilée que capitaine, maintenant. Je leur rends la mer, et c'est comme ça qu'ils me remercient ? Maudits traîtres ! Si la Main Noire existe, c'est uniquement grâce à moi ! »

3_/ Repartir de zéro.

« Tant que j'étais exilée ici, j'étais comme les autres... je dérivais sur un océan de sable, sans savoir où j'allais. Ils m'ont brûlé les mains avant de me détacher. C'est pour ça qu'elles sont dans cet état. J'ai dû tout réapprendre en repartant de zéro. Comment manger ou me battre... survivre, quoi. Ne t'y trompe pas, exilée. Cette région est un creuset conçu pour nous façonner en vue d'un plan maléfique. »

4_/ Un océan de forban.

« Sur la Vilayet, je connaissais toujours notre cap. Il y avait toujours un autre bateau turanien à incendier, une autre fortune à piller. Mais ici, il a fallu choisir une autre voie. Les forbans ne manquaient pas... pirates des Barrachas, flibustiers zingariens, membres de la Confrérie Rouge... et tous exilés, comme moi. Alors, je les ai rassemblés et je leur ai fait la promesse que, si on faisait cause commune, on retrouverait tous l'océan. C'est ainsi que la Main Noire a vu le jour. »

5_/ Le code des pirates.

« Les règles de la Confrérie Rouge permettent à n'importe quel membre de défier le capitaine. J'ai décidé de conserver la même tradition au sein de la Main Noire. Quiconque «était capable de me battre pouvait prendre ma place. Mais ces traîtres de mutins ont même pas essayé. Ils ont préféré attendre que je m'endorme pour m'enchaîner à la coque. Faut jamais faire confiance à un pirate. »

6_/ Dans les ruines de la cité...

« Écoute, les cartes au trésor, c'est pas mon truc, mais y'a quelque chose dans les ruines de cette cité. Une pièce dont le sol est comme une carte et y'a des gemmes incrustées dedans. Mon bracelet s'est mis à briller et les pierres précieuses au sol se sont illuminées à leur tour, comme pour lui répondre. J'ai aucune confiance en la sorcellerie, alors, j'ai fait sortir mon équipage. Bon, on a quand même essayé de desceller quelques gemmes, bien sûr... »


------------------------------------------------------------


L'enfant de Jhebbal Sag.

1_/ Discutons.

« Viens... viens à moi... Tu n'as rien à craindre de moi, humaine. Je me sens juste seul en attendant mon retour dans les terres brumeuses. J'aimerais bien parler. »

2_/ Les terres brumeuses.

« Mon aspect te répugne-t-il, humaine ? Je sais que les tiens n'apprécient guère le surnaturel... Mon frère, Impisi, m'a fait venir des terres brumeuses. Nous sommes liés par la chair et le sang, ainsi que par le fait que nous soyons tous les deux les enfants de Jhebbal Sag. Mais Impisi a exigé de moi un pouvoir que je n'étais pas en mesure de lui donner. Prenant mon silence pour de la désobéissance, il m'a chassé de son camp, fou de rage. Je désire juste retourner dans les terres brumeuses, mais Impisi me le refuse, car il pense que je n'ai pas été totalement honnête avec lui. »

3_/ Liés à la vie, à la mort.

« Si je pouvais tuer Impisi pour repartir dans les terres brumeuses, je le ferais. Mais les incantations qu'il a utilisées pour m'appeler me lient à lui. Nous sommes comme reliés par des fils invisibles. Ses pensées sont les miennes. Si on le frappe, je porte la marque des coups. Et si on me blesse, il saigne. Si je veux pouvoir rentrer chez moi, le lien qui nous unit doit être rompu. »

4_/ Jhebbal Sag.

« Connais-tu Jhebbal Sag, humaine ? Autrefois, tous les êtres vivants le vénéraient. Quand les hommes et les animaux parlaient le même langage, il allait au milieux d'eux en prenant l'apparence de son choix. Il s'accouplait avec les femelles de toutes les races et, de ces unions, naissaient des enfants semi-divins tels que moi... et Impisi. La plupart des hommes ont oublié cette langue commune, et les animaux aussi. Souhaites-tu apprendre à parler aux animaux, humaine ? »

5_/ Un monde d'énergies.

« Le royaume dont je viens est perpétuellement changeant. C'est un monde d'énergies instables et de forces élémentaires. En comparaison, le tien me semble bien... paisible. Mais quelque chose me dit que ma nature me rend bien plus sensible aux courants sous-jacents qui parcourent cette terre étrange. Vois ce bosquet, par exemple. Jadis, ces arbres étaient... autre chose. Mais pas des humains, non, ni aucune autre créature que j'ai rencontrée en ce monde. Et ils continuent de hurler à ce jour. Encore et encore. »

6_/ Les enfants de Jhil.

« As-tu vu mon frère, Impisi ? C'est plus un animal qu'un homme depuis qu'il s'est perdu dans la démence de la chasse. Quand il m'a appelé, il désirait que je lui donne le pouvoir permettant de se transformer en bête pendant quelques temps, mais j'ai refusé. Alors, il m'a banni et s'est tourné vers des puissances plus obscures. Je crains fort qu'une chauve-souris n'ait survolé les Monts des Morts pour porter sa requête aux Quatre Frères de la Nuit. En revanche, je ne sais ce que les dieux des ténèbres ont bien pu lui répondre. Mais ce qui est sûr, c'est que d'étranges créatures rôdent à la tombée du jour, ces temps-ci, et qu'il m'est arrivé d’apercevoir l'ombre des Enfants de Jhil, qui traversaient les cieux en direction des montagnes. Je redoute les puissances qu'il a libérées. »


------------------------------------------------------------


L'Alpiniste.

1_/ L'instant.

« Je ne voulais surtout pas te gâcher cet instant, étrangère. Conquérir une telle cime n'est pas un mince exploit. »

2_/ Toujours plus haut.

« Tu as vu une montagne et tu t'es sentie obligée de la gravir ? Je connais, comme sensation. C'est la liberté, dans un lieu où nous en avons si peu. Le monde est un lieu merveilleux quand on le contemple du haut d'un montagne, en s'élevant bien au-dessus de la corruption, du sang et des ténèbres qui contaminent cette terre. Je sais, tu as mieux à faire que de parler philosophie avec moi. Va, mon amie. Mais n'oublie pas que tu pourras toujours échapper à tes soucis en grimpant vers les sommets. »


------------------------------------------------------------


Gilzan le chasseur de trésors.

1_/ La première fois, c'est gratuit !

« Bonjour, noble aventurière. Je suis Gilzan, chasseur de trésors et soldat de fortune. Si tu as l'intention d'explorer les avenues de cette cité maudite, peut-être suis-je en mesure de t'offrir quelques conseils... La première fois, c'est gratuit. »

2_/ La purge.

« Écoute, je ne sais pas exactement ce qu'est cet endroit, mais il y a pas mal de choses louches, ici. Pour commencer, il y a beaucoup de gens qui devraient être morts, dans le coin. Pourquoi les a-t-on épargnés ? Ensuite, les purges. Ces gars-là massacrent tout le monde sur leur chemin, c'est vrai, mais ils en profitent également pour récupérer le plus de reliques possible. Des types peu recommandables que je connais appellent ça « l'écrémage » : laisser des pauvres cloches prendre tous les risques et les dépouiller quand ils ont réussi. Ce genre de pratique, c'est monnaie courante, dans les Terres de l'Exil. »

3_/ Les reliques.

« Apparemment, tout tourne autour des reliques... J'ignore qui a bien pu bâtir ces ruines, mais ce qui est sûr, c'est que ce sont elles qui intéressent ceux qui ont transformé cette région en prison. Nous, on est juste de la main-d’œuvre bon marché. Mais ça nous laisse aussi une belle occasion, pour peu qu'on sache la saisir. Si tu parviens à comprendre ce que nos « maîtres » recherchent et si tu le trouves avant tout le monde... il ne te restera plus qu'à le défendre en cas de purge, et après, tu auras la meilleure main possible pour négocier. »


------------------------------------------------------------


Conan le barbare.

1_/ Retrouvailles.

« Ainsi, tu es toujours en vie, et nous nous revoyons. Dis-moi, as-tu la possibilité d'apprendre à découvrir les Terres de l'Exil ? Il n'est pas trop tard pour te remettre sur ce crucifix, tu sais ! »

2_/ Poses tes questions.

« N'importe quel idiot verrait que tu cherches des réponses. On t'a accrochée là, sur cette croix, après t'avoir mis ce bracelet maudit qui t’empêche de t'enfuir. Sans compter qu'ici, tout le monde cherche à tuer tout le monde. Je ferais mieux de t'abandonner à ton sort, j'ai toujours détesté la sorcellerie. Je préfère de loin les ennemis que je peux transpercer de mon épée ! Bah ! On dirait que je vais rester là un bon moment, de toute façon. Ce vin a un goût de pisse de chameau et ce pain est à moitié moisi, mais au moins, je suis bien assis. Si tu as des questions, pose-les. »

3_/ Le voyage.

« J'ai pas mal voyagé après t'avoir décrochée de ta croix. Au sud, j'ai vu des individus désespérés et des mangeurs d'hommes darfari. A l'Est, des grands singes qui marchent comme des hommes vivent dans les ruines envahies par la végétation d'une cité ancienne. J'ai aussi aperçu un amphithéâtre où les morts bougeaient et où le souvenir de batailles anciennes tachait le sable. L'endroit empestait la sorcellerie, alors, je suis reparti. »

4_/ Les dieux d'ici.

« J'ai beaucoup voyagé et vu énormément de choses, des glaces éternelles d'Asgard aux jungles des Royaumes Noirs. J'ai été voleur, pirate, ou encore mercenaire. Mais jamais je n'avais encore vu des dieux tels que ceux de cette contrée, ces avatars qui sèment la destruction partout où ils passent. Ce ne sont pas des dieux, mais ce que les mortels voudraient que les dieux soient. Des armes. »

5_/ Razma du Shem.

« Il y a une femme. Je l'ai décroché de sa croix, tout comme toi. J'ai suivi sa trace dans les Terres de l'Exil. Elle est venue ici, mais je l'ai manquée de quelques heures. Je sais qu'elle cherchait une salle des cartes et un moyen d'échapper à cette région maudite. Elle a fini par la trouver, et sa piste s'arrêtait là. Elle a disparu, et tous ses compagnons ont été massacrés. Si jamais tu apprends des nouvelles concernant Razma du Shem, fais-le-moi savoir. »


------------------------------------------------------------


Razma du Shem.

1_/ Ce n'était pas moi.

« Je tenais à te remercier. La femme que tu as rencontrée dans ces ruines... ce n'était pas moi. Elle était ancienne et malfaisante. Et extrêmement puissante, aussi. »

2_/ L'océan du temps.

« Tu as failli me tuer dans cette cité, mais je ne t'en veux pas. Quel objet horrible et fascinant à la fois. Tant que je le portais, j'étais quelqu'un d'autre. J'étais... quelque chose d'autre. Toute cette puissance, tout ce savoir... J'étais comme sur une île au milieu de l'océan immense. J'y voyais jusqu'à l'horizon dans toutes les directions. Et cet océan n'était autre que le temps. Je... je suis désolée. C'est vraiment une sensation extrêmement difficile à décrire. »

3_/ Dissipation.

« Il ne me reste que des fragments. Ses souvenirs se dissipent de mon esprit telle la brume qui se lève sur une oasis. Si tu as des questions, pose-les-moi vite. C'est comme si mon esprit se vidait peu à peu de toutes traces de cette... femme. Elle savait tant de choses... sur ces bracelets que nous portons, sur les rois-géants et la guerre ancienne... Mais aussi sur les ténèbres tapies au cœur du volcan, et... Pose vite tes questions ou je n'aurais plus le courage de te répondre, mon amie. »

4_/ Les bracelets.

« Les bracelets ? C'est elle qui les a créés, avec les rois-géants. Les bracelets ont reçu le pouvoir de sept artefacts. Le masque de la Reine-Sorcière. Le diadème des rois-géants. Les Larmes des Deux Races. Le Trapézoèdre brillant. L’Étoile du Champion. Le Cœur des Sables. Et l'Anneau noir de Set. Les bracelets ont été créés afin de traduire toutes les langues qui existent, de se déplacer rapidement dans tout l'empire, et de permettre de communiquer et d'enregistrer à l'aide des pierres de savoir. Ce n'est que plus tard, après le début de la guerre, que la reine a commencé à réaliser que les rois-géants avaient tissé un sortilège mortel dans leur enchantement. Tous ceux qui tentaient d'échapper à leur contrôle étaient purement et simplement tués par la Barrière des Maudits. »

5_/ La Reine de Lémurie.

« Le peuple de la reine, les Lémuriens, étaient les derniers survivants d'une race aux abois. Ses souvenirs sont vagues et confus pour tout ce qui précède sont arrivée dans les Terres de l'Exil. Ils se réduisent à quelques brides d'un royaume îlien sombrant sous les flots alors que la Terre tremble... Un peuple réduit en esclavage par le feu et la sorcellerie... Et enfin, leur fuite, suivie d'un périple long et dangereux vers l'Occident... Je suis désolée, les derniers souvenirs se dissipent. Je me souviens juste d'une jeune fille, Telith, et d'une grande trahison. Et aussi... d'un petit enfant ? Elle était prête à tout pour éviter que cela se reproduise. Difficile d elui en vouloir, pas vrai ? Il y a deux sujets auxquels elle refuse de penser... son petit-fils et ce que les siens ont découvert à l'intérieur du volcan. Son petit-fils n'était... pas totalement humain ? Xaltar ? Il était otage, il me semble... ou autre chose ? Pardon, ces souvenirs étaient extrêmement chargés en émotion pour elle. Je vois une fille aimée, un ennemi haï, et un enfant porteur d'espoir. Mais tout cela est si vague... Quant à ce que les siens ont découvert au volcan, cela tient en quelques mots. L'horreur, la colère et le dégoût. Et la peur aussi. C'est le seul souvenir de la Reine-Sorcière de Lémurie dans lequel j'ai ressenti cette émotion. »

6_/ L'avenir.

« J'ignore ce que je vais faire, maintenant que je suis libre. Conan m'a proposé de m'accompagner vers le nord et de me ramener chez moi. Mon palais m'attend et, avec lui, ma vie de princesse du Shem, avec des serviteurs pour satisfaire le moindre de mes désirs. Mais mes ennemis, ceux qui m'ont envoyée ici... Eux aussi, ils doivent m'attendre. Alors, peut-être que je vais plutôt voyager avec Conan pendant quelque temps. Comme ça, je pourrais découvrir le monde à ses côtés. Il est très impressionnant, ne trouves-tu pas ? Pour un barbare... »


------------------------------------------------------------


Braga, le Cimmérien.

1_/ Les fils de Crom.

« Qu'est-ce qui t'amène dans cette région du monde maudite par les dieux, exilée ? Contemple la fine fleur de Cimmérie, un clan de simple d'esprit qui se croient morts et réincarnés dans le royaume de Crom. Il nous a fallu traverser un désert pour arriver ici, mais ça n'a pas l'air de les déranger, pas plus que le fait que nous ressentons toujours le plaisir et la douleur. A les entendre, nous sommes forcément dans l'au-delà, ça ne fait aucun doute. La preuve ? Il y a de la brume partout... Je ne sais pas en quoi je pourrais t'être utile, étrangère. Je ne parviens même pas à convaincre mes compatriotes qu'ils se trompent. Je me sens obligé de rester ici. Ils ont beau être stupides, ces crétins n'en demeurent pas moins mes frères. Et puis, il y a les spectres, bien sûr. Je dois sans cesse lutter pour ne pas sombrer dans la folie. »

2_/  Le Nord.

« Je suis venu au nord avec un compagnon, un Shémite qui m'avait décroché de ma croix. Il est mort en chemin mais, avant cela, nous avons découvert une grande partie de cette contrée, tous les deux. Ici, nous avons un ancien champ de bataille. Le lotus écarlate qui y pousse en abondance est la preuve qu'autrefois, le sang à été versé en grande quantité en ce lieu. Loin au nord, il n'y a que de la neige et de la glace, ainsi qu'un temple scintillant de givre et de la lueur des étoiles filantes. J'ai eu l'occasion de discuter avec un géant du givre, qui m'a dit que nous vivions un rêve. Dans le volcan, j'ai croisé une secte étrange dont les membres m'ont dit entendre des murmures dans les ruines locales. Ils ont essayé de m'empêcher de repartir, mais je les ai laissés à leurs délires. Également au nord, j'ai vu le Château Noir, et la Légion du Silence qui le garde. Je ne m'en suis pas approché. C'est ça, le nord. »

3_/ L'Est.

« Je me suis également aventuré vers l'est. J'y ai trouvé mes vieux ennemis, les Aesir et les Vanirs. Ils sont désormais alliés et se font appeler les Héritiers du Nord. Je suis passé devant leur village, où ils ont des mammouths et vouent un culte à leur dieu gelé. Sur une île j'ai vu le fantôme d'une femme, qui a chanté pour moi. Et même si je n'ai pas compris ce qu'elle disait, cela m'a fait pleurer. Au fond d'une grotte, j'ai trouvé un passage conduisant à un marécage où des créatures difformes d'une grande cruauté traquaient leurs proies. Et, plus loin vers l'est, je suis arrivé sur les côtes d'un océan, ou peut-être d'une mer intérieure. Là, j'ai discuté avec des pirates qui construisaient un navire pour s'enfuir. Voilà ce que j'ai vu à l'est. »

4_/ L'Ouest.

« Mais à l'ouest ? Par là-bas, il n'y a qu'une seule et unique chose... Un tombeau creusé à flanc de montagne et scellé par une porte colossale. J'ai tenté d'y entrer, mais un sortilège ou une rune m'en a empêché, et je me méfie de la magie comme de la peste. Il y avait un mort près de l'entrée. Peut-être son esprit aurait-il des choses à raconter... »

5_/ Libère-nous.

« Je vais rester ici afin de défendre les miens, étrangère. Je continue d'espérer qu'un jour, ils reprendront leurs esprits, et que nous pourrons alors réfléchir, ensemble, au meilleur moyen de nous enfuir. Mais toi, tu n'as aucune obligation, ni envers moi, ni envers mes compatriotes. Trouve le moyen de détruire la Barrière des Maudits, et libère-nous tous. »


------------------------------------------------------------


Les histoires de Petruso, « Le dingue des tempêtes de sable ».

1_/ Poème des tempêtes.

« Siffle, chante et brûle le sable.
Siffle, chante brûle et tourbillonne.
Sables mordants, creusants, érodants, décapants.
Mordants, érodants, décapants.
Terres de l'Exil, terres de reptiles,
Terres de reptiles, terres profanées. »

2_/ Les sept prophètes.

« Sept prophètes allèrent se promener, faisant autant de bruit que s'ils étaient dix, Hanuman eut tôt fait d'en attraper, et il n'en resta plus que six. Six prophètes escaladèrent un rocher, pour éviter un ornithorynque. L'un d'eux eut la mauvaise idée de tomber, et il n'en resta plus que cinq. Cinq prophètes se retrouvèrent à ramper sous terre, dans le sous-sol de l'amphithéâtre. L'un d'eux se cogna contre une pierre, et il n'en resta plus que quatre. Quatre prophètes s'en allèrent danser sous les branches de l'arbre des rois. L'un d'eux finit par tomber, épuisé, Et il n'en resta plus que trois. Trois prophètes décidèrent d'affronter les pirates et les gueux. L'un d'eux finit par se mutiner, et il n'en resta plus que deux. Deux prophètes se promenaient, affables, dans le désert de leur aïeul. L'un se perdit dans une tempête de sable, laissant l'autre seul. Un prophète partit chercher les artefacts du lointain passé. Et quand il les eut assemblés plus personne de le revit jamais. »

3_/  A l'écoute du sable.

« C'est le meilleur endroit pour vraiment écouter, tu sais. Errer dans le désert en tendant l'oreille pour entendre le murmure du sable ne suffit pas. Cela demande trop d'attention, une concentration de tous les instants. C'est peut-être pour cette raison que vous devenez tous fous, à force. Il ne faut pas être bien dans sa tête pour essayer d'entendre le sable silencieux. Ici, il hurle. Pas besoin de faire le moindre effort pour le comprendre. Quand j'ai découvert ce lieu, par le plus grand des hasards, il m'a chuchoté... « Bienvenu chez toi. »

4_/ La tempête de sable.

« La tempête de sable est un être vivant de l'éther, invoqué par la plus noire des sorcelleries. Et ces mêmes rituels l'empêchent de repartir. Il a échappé aux entraves de ses maîtres il y a bien longtemps, et depuis, il n'est plus animé que par une faim dévorante. Mais il semble m'apprécier. Toi, non, on dirait. »

5_/ La quête de la tempête.

« J'en ai assez de converser au travers de ce fou, exilé. Je désire être délivré de ce plan d'existence. Et tu n'as pas la faculté de me l'accorder sans le pouvoir de la Pierre-Fléau. Elle a été brisée quand j'ai été envoyé sur ce monde. Par la suite, ses pièces se sont perdues au fil des siècles. Et depuis, je parcours les Terres de l'Exil afin de les retrouver, car elles sont la clé de ma délivrance. Mais j'ai beau toucher tout ce que je vois, je n'arrive pas à les retrouver. Elles sont enfermées dans des grottes où même le sable hurlant ne peut les atteindre. Cherche le passage utilisé par les Lémuriens pour faire la guerre à celui qui m'a libéré. Et retrouve le tombeau de Gallaman. Un jour, il s'est vanté auprès de ses amis, qui frissonnaient dans le vent que je faisais naître autour d'eux, qu'il serait enterré avec une pierre porte-bonheur. Fouille aussi le long de la côte orientale, car les murmures des pirates évoquent une pierre qui exauce les vœux de leur capitaine. Combine ces pièces, exilé. Recrée la Pierre-Fléau. Achève le rituel de l'Archiviste. Ce n'est qu'à se moment que je pourrais retourner là d'où je viens. »


------------------------------------------------------------


L'Archiviste, Gardien du Savoir.

1_/ Une Ombre...

« Je ne suis qu'une ombre, un murmure de ce qui était autrefois. Avant la chute, quand mon peuple érigeait des colonnes de pierre noire à l'assaut des cieux, on me nommait l'Archiviste. »

2_/ Les Artefacts du Destin.

« Es-tu là dans l'espoir de trouver le moyen de te libérer de ton bracelet d'esclave, humaine ? A ma connaissance, il n'existe qu'un seul moyen pour y arriver, et c'est extrêmement compliqué. Tu vas devoir rassembler les objets présents lors de la création des bracelets. Le diadème des rois-géants, le masque de la Reine-Sorcière, les Larmes des Deux Races, l’Étoile du Champion, le Cœur des Sables, le Trapézoèdre brillant et l'Anneau du Serpent de Set. J'ai bien peur que ce ne soit là une quête impossible, humaine. Le diadème des rois-géants était autrefois porté par le Prêtre-Roi. Ce dernier a péri en affrontant Tyros le Portemort sur les champs de bataille du nord. C'est tout ce que je suis en mesure de t'en dire. Le Prêtre-Roi était le plus passionné et le plus volatil d'entre nous. Il n'a pas dû se laisser vaincre sans résister jusqu'au bout. La Reine-Sorcière de Lémurie était notre plus grande ennemie dans les derniers jours de notre race. Les siens sont venus à nous en tant que réfugiés, mais alors même que nous les avons aidés, ils ont commencé à ourdir notre destruction. Elle était là lors de la création des bracelets. Elle a ajouté son pouvoir au nôtre pour les fabriquer. J'ignore ce qu'il est advenu d'elle, mais de son vivant, elle dirigeait depuis sa cité dans les marais, à l'est. »

3_/ Sang Mêlés.

« Les Larmes des Deux Races ont été particulièrement aisées à obtenir pour le rituel. Il nous a suffit de prendre nos larmes et des les combiner. Mais que reste-t-il aujourd'hui qui puisse encore pleurer pour nos deux races ? Encore que... il semblerait que Tyros le Portemort n'ait pas totalement disparu. Il est né de nos deux races, et nos deux sangs mêlés couraient dans ses veines. Mais je te préviens, les obtenir ne sera pas simple. »

4_/ La Noblesse des Dragons.

« L’Étoile du Champion est ensevelie sous le sable de l'arène, à l'est. Je me souviens encore du jour où Tyros a tué le grand dragon. Il s'est mis à pleurer, triste d'avoir mis un terme à l’existence d'une créature aussi noble. Puis, il a retiré l'étoile de sa poitrine et l'a épinglée sur le front du dragon. A ma connaissance, elle s'y trouve encore aujourd'hui. »

5_/ Le Cœur de la Tempête.

« Le Cœur des Sables, également appelé Pierre-Fléau, était un artefact d'une grande puissance. Le Prêtre-Roi s'en est servi pour créer une arme dont il jurait qu'elle serait notre salut : la tempête de sable. Il l'a remis au Maître de Guerre afin que celui-ci libère son pouvoir contre nos ennemis. Je crois savoir que le cœur a été détruit lors de l'invocation de la tempête, mais peut-être le Maître de Guerre pourrait-il t'en dire davantage. »

6_/ Le pouvoir de l'Anneau.

« L'Anneau du Serpent de Set... notre plus puissant artefact. Nous le gardions dans un tombeau, sous cette cité. Et puis, un jour, un humain est venu. Il connaît les paroles et les symboles du pouvoir, ce qui lui a permis de franchir tous les pièges et les protections que nous avions créés. Cela fait, il a pris l'Anneau du Serpent de Set et s'en est allé. Si tu te demandes pourquoi tu porte ce bracelet, cesse de te poser la question. C'est sans doute l’œuvre de cet homme, qui se faisait appeler Thoth-Amon. Concentre-toi sur la récupération des autres artefacts. L'Anneau du Serpent de Set, tu n'auras pas la moindre chance de mettre la main dessus tant que tu seras piégée ici. Mais peut-être que les autres suffiront... »

7_/ La clé.

« Une fois que tu auras les artefacts, tu devras les placer sur le réceptacle, au nord. Une fois que les artefacts du pouvoir seront à l'intérieur, cela créera une clé maîtresse. Pour retirer ton bracelet, tu n'aura qu'à le toucher à l'aide de cette clé. Fais-le et tu seras libre, mortelle. Mais sache que, ce faisant, tu abandonneras tout ce que cette contrée a pu t'offrir. Alors, réfléchis bien et fais le bon choix. »

8_/ Trahison.

« Comment j'ai péri ? J'ai été trahi par les tiens. C'était en un lieu appelé Cercle des Épées. Je m'y suis rendu pour rencontrer la Reine-Sorcière. Elle avait promis de venir pour faire la paix, mais c'était un mensonge. J'ai été assassiné et mon corps a été laissé là-bas, à pourrir dans le vent. Mais mon âme a toujours été liée aux archives, humaine. Alors me voilà. Et je resterai toujours ici. »


------------------------------------------------------------


Le Maître de Guerre.

1_/ Bienvenu esclave...

« Je sens ton odeur, humaine. La puanteur de ton espèce ne s'est en rien améliorée au fil des âges. »

2_/ Cendres et poussières.

« Cendres et poussières, humaines. Cendres et poussière. C'est tout ce qu'il reste de ce que nous étions autrefois. L'écho d'un écho. Dans ma tête, je parcours toujours les rues de notre cité, et je sens l'odeur ferreuse du sang chaque fois que je passe devant le temple du Vieux Serpent. La puissance qui bouillonne dans mes veines alors que j'entonne le chant d'invocation... L'extase enivrante du savoir... Cendres et poussières. »

3_/ Mille ans de paix.

« Lorsque le monde a été détruit, les tiens sont venus à nous que réfugiés. Nous avons été généreux, leur offrant le nord sauvage. Ils ont bâti une cité au milieu des arbres et ont commencé à pratiquer une science étrange, tout en vénérant leurs dieux-démons. Mille ans durant, la paix et le commerce ont régné entre nos deux peuples. Mais les tiens ne cessent de se multiplier et d'en vouloir toujours plus. La guerre était donc inévitable, et quand elle est arrivée, elle fut terrible. »

4_/ L'origine du bracelet.

« Je vois que tu portes le bracelet, humaine. Lorsque la guerre entre nos deux peuples a débuté, nous avons créé ces objets afin de soumettre nos prisonniers de guerre à notre volonté. Les miens vivent très vieux, mais notre taux de natalité est très faible, et à cause de la guerre, notre nombre a trop décru. De plus en plus, nous avons dû nous reposer sur nos prisonniers humains. C'est pour cette raison que nous avons créé les bracelets, afin de contrôler les faits et geste des tiens, mais aussi de leur permettre de comprendre notre langage et de les empêcher de s'échapper. »

5_/ Le Triumvirat.

« Autrefois, je faisais partie du triumvirat qui gouvernait cette terre. L'Archiviste se préoccupait principalement de l'accroissement du savoir, et le Prêtre-Roi veillait sur nos âmes et au bon accomplissement des rituels et notre foi. Quant à moi, on me nommait le Maître de Guerre, car j'avais pour rôle d'assurer la protection des miens. Et pendant en temps, je me suis acquitté de ma tâche en tenant les cols du nord face aux humains. Avec le concours de l'Archiviste, j'ai bâti des tours de garde afin de nous prévenir de la venue des envahisseurs. Sais-tu que leurs feux brûlent toujours, humaine ? Lorsque la couleur des flammes change, cela signifie que les tiens viennent de traverser la frontière avec l'envie de tuer et de tout incendier. »

6_/ L'échec.

« Au bout du compte, nous avons été trahis. Au cours d'une escarmouche dans le nord, les humains ont un jour utilisé une nouvelle arme créée par leur science étrange. Elle a massacré mon armée, transformant en pierre tous les soldats qu'elle touchait. Les survivants se sont repliés vers le sud, où nous avons pansé nos plaies. Durant ce moment de faiblesse , le Prêtre-Roi est venu me trouver pour me faire une proposition. Il disait avoir appris un nouveau rituel capable de contrer la science des humains, une magie puissante qui ravagerait la terre mais chasserait définitivement l'envahisseur. N'ayant plus aucune autre option, j'ai accepté. Comprends-tu ce que je suis en train de te dire, humaine ? Il y a bien longtemps, cette région était la plus fertile de notre empire. Mais quand j'ai libéré le pouvoir de la tempête de sable, je n'ai pas réussi à la contrôler. J'ai trahi mon peuple en le condamnant à une mort lente et inéluctable. »

7_/ Thot-Amon.

« Cela fait longtemps que je vis seul dans les ténèbres, humaine. Rares sont ceux qui sont venus me voir au fil des âges. Mais j'ai tout de même reçu la visite d'un homme, voici quelques années. Je n'avais pas parlé à un autre être vivant depuis des millénaires et j'avais soif de converser avec lui. Contrairement à toi, il ne portait pas de bracelet, alors, il a appris ma langue. Ensuite, il m'a écouté lui parler de cette cité et de ce qu'elle était autrefois. Et alors que je la lui décrivais, je la voyais revivre dans ma mémoire. Mais peut-être lui en ai-je trop dit... Lorsque je lui ai parlé du plus grand artefact de notre foi, l'Anneau du Serpent de Set, il est parti à sa recherche. Et maintenant, les vôtre sont de retour dans notre cité, portant les bracelets d'esclave et perturbant les morts. Le temps m'a appris que les coïncidences ne sont que des schémas logiques que je n'ai pas encore compris. »


------------------------------------------------------------


Les élucubrations de Nunu le cannibale.

1_/  Le Chaman.

« Du calme, étrangère. Viens regarder dans la fosse. Le Seigneur des Demeures Vides t'attend. Je suis Nunu, son chaman. Ta venue m'a été révélée dans le bruissement des ailes d'une chauve-souris. »

2_/ Trouve ta voie.

« Tu m'as l'air perdue. Tu as besoin qu'on te guide, on dirait, non ? Parfois, les murmures se taisent et mon seigneur s'éloigne de moi. Je pleure seul dans le désert. Mais il existe un remède. La fumée du lotus. Elle assourdit le monde entier et les chuchotements de Yog deviennent un cri tonitruant. Et les visions... Elles me révèlent la volonté de Yog. Si tu as besoin de conseils, inhale la fumée du lotus. Alors, ta voie t'apparaîtra clairement. Les chemins révélés par le lotus ne sont pas toujours simples. Chaque opportunité est une épreuve nécessitant une grande force et une volonté indomptable. On ne peut s'enfoncer dans les ténèbres comme ça et espérer les vaincre. Il faut d'abord s'y préparer. Et trouve aussi les autres lotus. Ils poussent dans divers endroits et sont de couleur différente. Quelque chose me dit que tu les essaieras tous avant d'en avoir fini, mon amie. »

3_/ Le Seigneur des Demeures Vides.

« Mon cœur a une question pour toi : connais-tu le Seigneur des Demeures Vides ? Il te connaît par le biais de la chair des tiens, enfant. Et il a soif... non, faim... d'en savoir davantage sur toi. Toute chair est savoir. Chaque délicieuse bouchée est source de connaissances. Apporte-nous des autres. Yog est généreux. »

4_/ La chair.

« Nous avons été exilés sans conviction. Nos crimes n'ont pas la moindre importance. Moi, ce sont mes croyances qu'on m'a reprochées. Quelle importance, l'âge de la chair consommée par mon seigneur ? Le Seigneur des Demeures Vides devrait-il faire la moindre distinction entre la chair qui se trouve dans la matrice et celle qui est au-dehors ? Depuis, ma tribu est sans chaman, et moi, je recherche de la chair pure pour nourrir mon dieu. »

5_/ L'absolution.

« Les murmures de mon dieu me parlent de cet endroit. Il est venu ici au temps jadis. Ici, un banquet de chair s'est autrefois tenu pour son plaisir. Et les rois faisaient appel à la sagesse. Ce sont les hommes qui ont détruit cette ère d'abondance. Yog nous pousse à rechercher l'absolution. La chair que nous lui offrons est la rémission de nos péchés passés.


------------------------------------------------------------


Les croyances de Muriela l'artisane.

1_/ La seule voie.

« Mitra te bénisse, pèlerine. Es-tu venue ici en quête de rédemption pour les pêchés de ton existence passée ? Peut-être pas, non. Tu as le regard hagard de quelqu'un qui cherche à s'enfuir ou contrôler le monde qui l'entour... ou peut-être les deux en même temps. Ces chemins ne mènent nulle part, pèlerine. La voie de Mitra est la seule à suivre. »

2_/ Un sens, un but.

« Autrefois, je n'entendais pas la voix de mon dieu, pèlerine. Tout comme toi, j'errais sans but. Mais Mitra m'a choisie. Il m'a parlé et a donné un sens à ma vie. Au début, je n'ai pas compris la nature de la tâche qu'il voulait me confier. Et même aujourd'hui, elle m'échappe encore. Mais c'est cela la foi, n'est-ce pas ? »

3_/ La perfection.

« Inviter la perfection revient à la créer. C'est ce que je cherche à accomplir ici. Je réalise un réceptacle que l'essence divine de Mitra pourra habiter. J'ignore si je réussirai, car la moindre imperfection peut avoir de terribles conséquences. C'est pour cette raison que je vais extrêmement lentement. Un coup de marteau par-ci, un coup de burin par-là... Et quelle importance si ce travail doit me prendre toute une vie ? »

4_/ Mitra, le Défenseur.

« Que sais-tu à propos de Mitra, pèlerine ? C'est sans doute un dieu plus doux et généreux que ceux que tu as pu rencontrer dans ton pays natal. Il abhorre les sacrifices humains, préférant les rituels simples et dignes, ainsi que la préservation de la sagesse et du savoir. Dans le temps, on le surnommait le Défenseur, et il choisissait des champions humains pour protéger ses fidèles contre les démons. Peut-être es-tu l'une de ses championnes et attends-tu juste de le savoir ? Qui peut le dire ? »

5_/ Les blessures de la terre.

« Il y a un grand déséquilibre sur ces terres. Des blessures anciennes qui n'ont jamais été vraiment guéries et qui ont fini par se rouvrir. Ces bracelets nous corrompent, nous transforment en marionnettes d'un mal ancien. Je résiste à ces voix, et je ferme les yeux pour ne pas voir les fantômes quand ils se montrent à moi. Mais... je ne puis m'empêcher de douter. La corruption ne risque-t-elle pas d'infecter mon travail ? Est-ce bien Mitra qui viendra habiter ma statue lorsque je l'aurais terminée, ou bien... quelque chose d'autre ? »

6_/ Douce folie.

« Voilà, la seconde paupière est terminée... Le sens-tu, pèlerine ? Mitra arrive. Mon dieu va pouvoir marcher sur ce monde.


------------------------------------------------------------


La vengeance de Mek-Kamosès.

1_/  Salutation.

« Plus un pas, exilé, ou je détache ta faible chair de tes os ! Je suis Mek-Kamosès, du Cercle Noir. En un autre lieu et une autre époque, je t'aurais obligé à m'obéir, mais aujourd'hui, je vais te parler de notre intérêt commun. »

2_/ Résiste.

« Tu as la tête des gens perdus, étrangère. De tous ces individus abandonnés, exilés et sans aucun but dans la vie. Imbécile. Tu dois te trouver une raison d'être en ce lieu. Ce bracelet que nous portons sape notre volonté et nous vole notre force. Il a pour but de nous rendre faibles et malléables. Ne le laisse pas tisser sa nasse autour de tes pensées. Résiste-lui ! »

3_/ Le Seigneur de l'Anneau.

« Avant de me retrouver exilé ici, j'étais un sorcier du Cercle Noir. Mais je suis opposé à l'ascension de Thoth-Amon. Il était ambitieux et extrêmement puissant, surtout depuis qu'il avait trouvé un artefact, l'Anneau du Serpent de Set. Il était également doué sur la scène politique, réussissant à forger une alliance avec le roi Cstephon de Stygie. Et je me suis retrouvé ici pour avoir osé lui tenir tête. Tu penses qu'il a été stupide de me laisser la vie sauve ? Peut-être, mais ce bracelet m'empêche de faire usage de ma magie. Je suis totalement pris au piège. »

4_/ Vengeance.

« C'est sur ces terres que Thoth-Amon a découvert l'Anneau du Serpent de Set. Je n'ai entraperçu cette bague qu'une seule et unique fois, mais elle présente d'indéniables similitudes avec ces bracelets que nous portons. Il est donc logique de penser que les rois-géants qui régnaient autrefois sur cette région ont créé d'autres artefacts de ce genre. Telle est le but que je me suis fixé : explorer cette terre jusqu'à y trouver une relique qui me rendra mes pouvoirs. Et alors, Thoth-Amon subira les affres de ma vengeance et souffrira plus qu'il ne l'a jamais imaginé dans ses pires cauchemars ! »

5_/ Le Livre de Skelos.

« Beaucoup pensent que la sorcellerie provient d'un pouvoir inné, mais une erreur. Il est vrai que, plus on a l'âme corrompue, plus il est aisé de tisser des liens avec les créatures du Vide Extérieur. Mais le pouvoir qui permet de les appeler découle de la connaissance, et celle-ci s'apprend. Si tu trouves le moyen de me rendre mes pouvoirs, étrangère, sache que je t'enseignerai le contenu du Livre de Skelos. Je t'offrirai l'accès à un pouvoir tel que tu n'en as même jamais rêvé. Ensemble, nous lèverons une armée et nous nous vengerons ! »


------------------------------------------------------------


Le Banni.

1_/ Petit rêve...

« Hrmmm. Par les dieux de la neige et de la glace, voilà qu'un nouveau rêve approche. Bonjour, petit rêve. Tu es probablement pas réelle, mais je te souhaite tout de même la bienvenue. Ce sera un plaisir de discuter avec toi. Tu as été exilée ici. Tout comme moi. On dit de moi que je suis le plus grand des philosophes, même si d'aucuns ne voient en moi qu'un sophiste et un imbécile. Je suis le Banni, et je n'ai plus de nom. »

2_/ Chassé.

« J'ai vu le givre du petit matin scintiller au soleil... J'ai entendu le vent souffler entre les neiges éternelles... Mais au fin fond de mon esprit, ce sont les profondeurs obscures de l'univers que je contemple, et des planètes noires sans nom qui tournent sans but. Toutes mes excuses, petit rêve. Les miens trouvaient ces préoccupations philosophiques d'un ennui mortel. Alors ils m'ont chassé. »

3_/ Hrugnir du Givre.

« Les géants du givre, les fils d'Ymir, mes frères... Ils n'apprécient pas les abstractions. Mais nul ne détestait plus mes réflexions que notre chef, Hrugnir du Givre. Hrugnir faisait uniquement confiance à son instinct. Il n'existait que dans le présent et était incapable de se projeter. Le combat, et le sang de ses ennemis vaincus... voilà ce qui comptait à ses yeux. Hurgnir m'a ordonné de cesser de philosopher. En fait, je ne devais même p;us penser du tout. Et cela, j'en étais incapable. Alors, Hrugnir m'a ôté mon nom. Quand je me suis réveillé, j'étais banni. Et depuis, je suis ici. »


------------------------------------------------------------


Yakira, Prêtresse de Derketo.

1_/ Yakira.

« Les serpents jumeaux murmurent et une étrangère approche. Tu peux m'appeler prêtresse, ou sultane. Je suis exaltée par la chair et l'âme des miens. Je chante les hymnes du désir en l'honneur de Derketo. Je me soumets à la Déesse du Plaisir et à la Reine des morts afin que les autres se soumettent à moi. »

2_/ Ils viennent à moi.

« Je suis la grande prêtresse des mystères de Derketo. J'accomplis les obscénités sacrées. Les prêtre hautains de Mitra et de Set n'ont que mépris pour mes rites délurés. Ils m'appellent « concubine sacrée » quand ils savent que j'entends ce qu'ils disent, et « catin de la déesse » dès que j'ai le dos tourné. Et pourtant, l'un après l'autre, il s'offrent à moi de leur plein gré. Je lèche la gelée qui s'écoule de leurs orbites, et ils hurlent en me suppliant de recommencer. Ils voient enfin l'univers et leurs dieux tels qu'ils sont vraiment, et ils se mettent à pleurer des larmes de sang noir quand ils comprennent qu'ils n'ont que deux yeux à m'offrir. »

3_/ Les serpents jumeaux.

« Depuis son trône d’ivoire et d'os, elle règne sur la fertilité et les enfers. Dans sa main droite, elle tient une fleur de lotus. Et dans la gauche, les serpents jumeaux du Désir et de la Mort. Il n'y a que le Désir et la Mort, la petite mort et le sommeil éternel. Derketo éveille la déesse qui est en moi. A travers elle, je suis capable d'exciter l'animal sauvage et de réduire l'argile vivante en esclavage. Je libère l'esprit des miens pour leur faire connaître la frénésie orgiaque. Je fais supplier les vivants, et gémir les morts. Et je donne à certains crânes plus de raisons de sourire qu'aux autres. »

4_/ Les lémuriens.

« Les miens sont les lémuriens. Notre histoire remonte à la nuit des temps. Nous avons été chassés de nos cités îliennes qui étaient déjà anciennes avant les toutes premières histoires écrites. Encore et encore, nous avons dû faire face à la trahison, mais chaque fois, nous avons réussi à nous libérer de nos chaînes. Et aujourd'hui, nous nous retrouvons dans cette jungle. Au travers de Derketo, j'ai permis à mon peuple de connaître la transcendance du plaisir. Les miens se sont donnés si totalement à la déesse qu'ils sont désormais libres d'opérer la mue ultime en se débarrassant de la peau de la réalité. Dans cette jungle, les ancêtres des Lémuriens traquent leurs proies, eux aussi. A force d'imiter les bêtes sauvages et de s'accoupler avec elles, ils ont fini par en devenir, eux aussi. Mais je ne leur en fais pas le reproche. »

5_/ L'éveil.

« Recherches-tu les mystères de Derketo?Te sens-tu prête à oser l'extase transcendantale ? Souhaites-tu éveiller la divinité endormie nichée au creux de ta chair ? Les serpents jumeaux vivent en chacun de nous. Ils sont la Splendeur Lovée. Les non initiés dépensent cette énergie sans but par la simple action de leur pelvis, mais moi, je peux t'enseigner comment faire remonter les serpents jumeaux le long de ton épine dorsale et de l'échelle cosmique, pour qu'ils finissent dans mon esprit et dans mes mains. Et après avoir dompté les serpents jumeaux que sont le Désir et la Mort, tu pourras accomplir les miracles de Derketo. »


Dernière édition par Keja le Mar 28 Aoû - 3:14, édité 1 fois


Keja

Messages : 6
Date d'inscription : 23/04/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Lorestone et pnj

Message par Keja le Mar 28 Aoû - 2:20



Les mystères des stèles.

Stèles vertes :

1_/ Grande route détruite.

« Vois les limites de la civilisation, esclave. Au-delà de nos routes s'étendent les contrées hostiles du monde, dans lesquelles les sauvages insoumis se livrent une guerre perpétuelle. Tu ne peux t'y engager, esclave. Car le lien qui te retient ici t'en empêche. Reviens sur tes pas et suis la route. N'importe laquelle. Elles mènent toutes à la cité. »

2_/ Au Sud du Pont Brisé.

« Sache, esclave, que cette route est celle des réfugiés. Les tiens sont venus nous trouver en tant qu'exilés épuisés et hirsutes. Quand nous nous sommes révélés à vous, vous êtes tombés à genoux et avez commencé à nous vénérer, en échange de quoi nous vous avons nourris et vêtus. Mais vous étiez innombrables. Nous n'avions pas des habits pour tous, et il était impensable que nous vous offrions notre eau ou nos terres. Cela a fini par entraîner des conflits, et finalement, une guerre ouverte. Et même si cela nous a fait de la peine, nous n'avons eu d'autre choix que de vous dominer. Maintenant que nous vous avons réduits en esclavage, les fourbes que vous êtes ne trahiront plus jamais. »

3_/ A l'entrée des Égouts.

« L'eau qui traverse notre cité est cristalline, car originaire des hautes montagnes. Elle nous parvient grâce aux immenses aqueducs que nous avons bâtis. Et les égouts charrient nos ordures au loin, lavant la saleté dans un torrent d'eau pure. Esclave, tu as été choisi pour les nettoyer, en les débarrassant des immondices et des créatures qui s'amoncellent dans les ténèbres malodorantes. Sache que c'est un grand honneur qui t'est fait là, mais méfie-toi, car il arrive que des choses étranges poussent dans l'obscurité de ces galeries. »

4_/ Au sommet de la Tour de Chiroptères.

« Au commencement, les choses étaient ainsi, esclave : des ténèbres insondables et absolues, parcourues par les vents glacés du cosmos. Et nous n'avons pas oublié nos origines, pas plus que l'immensité du néant. Chaque nuit, les rêveurs stellaires fouillent le ciel en quête de la sagesse qu'il renferme et, à minuit, un messager chevauchant les rayons de la lune apporte la réponse chuchotée au Maître de guerre, à l'Archiviste et au Prêtre-Roi. C'est ainsi que notre avenir est lu dans les cieux et gravé sur cette terre. En servant ici, tu te couvriras de gloire. »

5_/ Le cœur de l'arène.

« Contemple le cœur de l'arène, esclave. C'est ici que les jeux de la mort se déroulent, sous le regard implacable du soleil et de la lune. Ton peuple est un mystère pour nous. Un jour, nous avons intimé à deux groupes des tiens l'ordre de se battre, mais ils ont refusé, préférant s'asseoir dans le sable, et ce alors qu'ils savaient que notre châtiment serait implacable. Une autre fois, l'un des tiens a affronté et tué, seul, un redoutable dragon. Toi, tu n'auras pas à te battre, esclave. Estime-t'en heureux. Ta tâche consiste juste à nettoyer après chaque bataille. »

6_/ Doline.

« Sache, esclave, que sur ordre du Maître de Guerre, l'arène a été fermée. Tous les gladiateurs ont été appelés afin de participer à l'effort de guerre et les compétitions prévues ont été annulées. Toutes les créatures seront consignées dans leur enclos respectif pendant la durée du conflit et les esclaves servant dans l'arène ont pour ordre de rejoindre la cité afin de recevoir leur nouvelle assignation. Va, esclave. En temps de guerre, chacun doit accomplir son devoir. »

7_/ Sud du Refuge de Xaltar, Ouest des Chutes Sèches.

« Le Maître de Guerre tient à ce que cela soit on ne peut plus clair : aucun contact n'est autorisé avec la cité du nord. Le triumvirat considère les humains comme ses ennemis, et tout contact entre les cités-états a été rompu. Tout esclave convaincu de collusion avec l'ennemi sera exécuté sans autre forme de procès. »

8_/ A l'extrémité de l'Aqueduc Sud, à l’orée de la Citée Maudite.

« Il fût un temps où nos deux peuples étaient liés, esclave. L'aqueduc était à la fois une voie de transport et une source de vie, qui nous apportait l'eau des montagnes et permettait aux tiens de se rendre sans risque dans le nord. Mais c'est fini, maintenant. Les frontières sont fermées. L'eau ne s'écoule plus comme elle le faisait autrefois. Les liens d'amitié ont été remplacés par la rhétorique guerrière, et les tiens ne peuvent plus emprunter l'aqueduc, sauf lorsque nous leur en donnons l'ordre. »

9_/ La volière.

« Si tu as été choisie pour travailler à la volière, prends garde, esclave. Les démons ailés qui font des courses pour nous sont nourris dans les fausses à sacrifice, et ils considèrent les tiens comme des proies. C'est la volière qui nous permet de gouverner l'empire en transmettant les décrets du triumvirat dans toutes les régions du monde. Nos animaux se nourrissent au cours de leurs voyages, et ils sont assez intelligents pour ne jamais se perdre. Tout comme toi, esclave, ils font d'excellents serviteurs. »

10_/ Au cœur de la Cité Maudite.

« Esclave, ceci est le cœur de notre cité. C'est ici que les sacrifices à la gloire de Set sont accomplis, en permanence, afin que leur odeur monte jusqu'à lui et nous offre la victoire. Entre, car c'est là qu'est ta place, désormais. Et si ton existence n'a d'autre sens que d'être sacrifié au Grand Serpent, ne laisse pas la peur te couper les jambes. Entre, esclave, et offre ton cœur à Set. »

11_/ Au sud de la Source Asséchée.

« Esclave, le Maître de Guerre a promulgué un décret concernant la bataille qui se déroule au nord de la cité. Toute rumeur faisant état d'une nouvelle arme utilisée par les humains n'est que mensonge. Il s'est produit un phénomène naturel, une importante subsidence au niveau du sol, et c'est cela qui a décimé notre armée avant qu'elle n'arrive au contact de l'ennemi. Mais rien ne peut se mettre en travers de la volonté de Set, et le triumvirat va se réunir afin de décider de qu'il convient désormais de faire dans ce conflit. »

12_/ Au nord des Ruines de Nebtu-La-Vielle.

« Vois-tu cet endroit, esclave ? Autrefois, c'était un refuge pour les tiens. Nous vivions en harmonie avec eux avant la grande trahison. Était-il écrit que nous devions nous affronter ? Était-ce le destin ? J'aimerais croire que nous sommes assez sages pour dépasser ce qui pourrait sembler inéluctable. Mais apparemment, l'humanité est incapable d'éviter les conflits. Et les miens n'aiment pas le changement. Alors, contemple ces ruines, humaine. Et comprends que ce qui existait autrefois a disparu depuis longtemps. La guerre se poursuivra tant qu'elle n'aura pas accouché d'un vainqueur. Et ce dernier sera, rétroactivement, celui qui avait raison depuis le début. »

13_/ Au fond du Lac de la Brèche.

« Il fut un temps où nos deux peuples étaient liés, esclave. L'aqueduc était à la fois une voie de transport et une source de vie, qui nous apportait l'eau des montagnes et permettait aux tiens de se rendre sans risque dans le nord. Mais c'est fini, maintenant. Les frontières sont fermées. L'eau ne s'écoule plus comme elle le faisait autrefois. Les liens de l'amitié ont été remplacés par la rhétorique guerrière, et les tiens ne peuvent plus emprunter l'aqueduc, sauf lorsque nous leur en donnons l'ordre. »


------------------------------------------------------------


Stèles jaunes :

1_/ Lieu d'invocations.

« Cet endroit est celui des invocations, esclave. Tu as pour tâche de maintenir l'intégrité du cercle et de nettoyer les réactifs utilisés par les maîtres. Les rituels que le Prêtre-Roi et ses acolytes accomplissement en ce lieu sont salissants, mais ne t'en préoccupe pas. Garde plutôt ta santé mentale. Les murmures de ceux qui viennent des Ténèbres Extérieures peuvent s'avérer extrêmement perturbants pour les simples d'esprit. Ne t'avise surtout pas de nourrir celui que l'on nomme le Seigneur des Demeures Vides, car sa puissance ne fait que croître quand il se repaît de la chair des tiens. »

2_/ En haut de la tour, à l'Est du grand lac.

« Voici le lac qui abreuve notre cité, esclave. La nourriture que tu manges et l'eau que tu bois prennent leur source ici, au pied de la montagne. La fertilité de nos terres dépend du barrage. Les tiens n'auraient jamais pu construire un ouvrage aussi majestueux, mais nous t'avons fait l'insigne honneur de te confier son entretien. N'oublie jamais l'importance de ta tâche, esclave, car l'eau qui coule vers le sud est aussi précieuse que cette gemme que tu as à l'avant-bras. »


------------------------------------------------------------

Stèles rouges :

1_/ L'Arène.

« C'est dans l'arène que se déroulent les sanglantes compétitions sportives de la cité, esclave. Nous sommes bien trop nombreux pour risquer notre existence dans ce genre de bataille, mais vous, vous grouillez autant que les rats, aussi nous divertissons-nous en mettant les plus forts des vôtres à l'épreuve en ce lieu. Les  jours de combat, les grandes portes de la cité s'ouvrent et le peuple remonte en masse l'allée verdoyante menant à l'arène. Ces occasions donnent à la fois lieu à des festivals et à des sacrifices à la gloire du Dieu Serpent. Mais tu es là pour travailler, pas pour profiter du spectacle. Il y a trois niveaux : les enclos, l'arène proprement dite et la galerie. Rejoins le poste qui t'a été assigné, esclave. Il y a toujours du travail en ce lieu. »

2_/ La Galerie.

« C'est ici, dans la galerie, que tu vas servir, esclave. C'est un grand honneur pour toi d'évoluer au milieu des serviteurs ayant gagné la confiance du Prêtre-Roi. J ete déconseille de faire quoi que ce soit qui risque d'attirer son regard. Même s'il t'honorerait en te faisant sacrifier sur l'autel du puissant Set, Nous y perdrions un esclave loyal. Afin que les nôtres puissent utiliser la galerie en toute intimité, l'enchantement qui te permet de comprendre notre langue sera désactivé tant que tu te trouveras ici. »

3_/ Le cercle des épées.

« Voici le Cercle des Épées, esclave. C'est là que nous traitons avec ceux qui ne sont pas dignes de confiance. Aucune trahison n'y est possible, car nul ne peut faire usage de sorcellerie en ce lieu. Il est déjà très ancien avant le début de notre histoire, mais qui l'a construit... Cela, je ne saurais le dire. Et pourquoi nous retrouvons-nous ici ? Cela, même nos plus fidèles serviteurs n'ont pas le droit de le savoir. Pense juste à te méfier de ceux qui vivent en dessous de la montagne de feu, esclave. »


------------------------------------------------------------


Stèles bleues :

1_/ Au Nord du Pont Brisé.

« Esclave, le Maître de Guerre Klael a ordonné la fermeture des frontières, ce qui implique la destruction du pont. Cette décision à pour but de décourager les incursions de tes fourbes de frères sur nos terres. Des siècles durant, nous les avons accueillis avec patience et bienveillance, mais vous ne nous avez apporté que la guerre. Il suffit. Tu vas aller détruire le pont, et profites-en pour réfléchir aux conséquences de la trahison. Pense à ce que les tiens t'ont fait. »

2_/ Aux pieds des sentinelles.

« Sache ceci, esclave. Quand les rois des races inférieures viennent nous rendre hommage, ils empruntent le fleuve qui traverse le cœur de nos terres. Leurs barges avancent, indolentes, chargées de tributs sous forme d'or, d'argent et de sacrifices humains. Mais quand elles s'engagent dans l'ombre des sentinelles, la porte de notre royaume, les festivités s'interrompent à leur bord. Toute joie quitte les suppliants, qui se mettent à trembler de tous leurs membres. Contemplez notre œuvre, vous qui vous dites puissants, et vous connaîtrez le désespoir ! »

3_/ Ruines balayées par le vent.

« C'est dans ce temple que se trouve la Pierre-Fléau, esclave. Tu vas y passer tes journées au service de cet élément divin et de son protecteur. C'est un immense honneur que nous vous faisons, à toi et aux tiens, en vous permettant d'accéder à nos sites les plus sacrés. Sois-en reconnaissant, car l'alternative serait une mort hurlante sur un autel ruisselant de sang.

4_/ Sur la route, entre le Gué de Xaltar et le Portail de la Lune.

« Arrête-toi, esclave. Suivre cette route ne peut que te causer des ennuis. Les tiens vivent à l'est d'ici, dans les marais. Mais si tu tentes de franchir la Barrière des Maudits, tu mourras. A l'origine, elle avait pour seule fonction d'alimenter les bracelets en nous communiquant sa puissance magique loin de chez nous. Mais votre trahison nous a obligés à la modifier. Aujourd'hui, il s'agit d'une véritable barrière qui ne laisse passer que ceux qui en ont reçu la permission. Les tiens ne l'ont pas, ce qui explique que vous soyez piégés ici. C'était notre défense ultime contre la traîtrise des tiens. Alors, ne va pas vers l'est. »

5_/ La porte de l'Aube.

« Tu es venue au cœur de notre empire, comme cela t'avais été demandé. Contemple la gloire de notre capitale, où gouverne le triumvirat. Sois heureuse, esclave, car avec le temps, les flèches noires deviendront ton nouveau foyer. Nous avons créé un endroit pour accueillir les tiens, ici, et vous êtes les bienvenus. Prends le temps de te promener sur nos boulevards et d'admirer notre architecture. La force qui te lie à nous te préviendra si tu approches d'un lieu qui t'est interdit. »

6_/ Les Fosses des Esclaves.

« Voici le lieu qui a été mis de côté pour ton peuple, esclave. Tu pourras t'y reposer entre deux courses. La reproduction est encouragée. On a toujours besoin de davantage de serviteurs. »

7_/ Au Nord de la Gueule du Chaos.

« Te voilà sur les terres agraires qui nourrissent notre grand empire, esclave. Vois-tu toutes ces belles récoltes florissantes autour de toi ? Si tu as reçu pour tâche de t'en occuper, sois-en heureux. Tu passeras tes journées à travailler la terre sous le soleil. Et cette terre que tu vois là est fertile et généreuse. Si tu ne fais que passer, ne désespère pas, esclave. Nous avons d'autres tâche utiles à te confier. »

8_/ Sur le pont du Traître.

« De l'autre côté de ce pont se dresse Xullan. A l'origine, il s'agissait d'un avant-poste bâti par les tiens, même si j'ignore dans quel but ils l'ont construit. Si tu es là car tu as reçu pour tâche de servir Tyros, je ne saurais trop te conseiller de l'écouter avec la plus grande attention, esclave. C'est le meilleur d'entre nous, et sa force comme sa loyauté sont sans égales. Il nous sert tous en ce lieu éloigné, en nous protégeant contre les incursions des Lémuriens sur nos terres. Par sa seule présence, il leur interdit l'accès à nos réserves de nourriture. Et au volcan. Le volcan est vital. »

9_/ Au dessus de la forge de glace.

« Au nord d'ici s'étend une vallée, esclave. Ne t'en approche pas de trop près. Il y a bien longtemps, plusieurs sorciers s'y sont affrontés et cela a créé un sorte de... disjonction. Les croyances sont des forces puissantes, qui peuvent modeler la volonté. Et en raison de la magie résiduelle qui règne en ce lieu, elles ont le pouvoir de façonner le monde. Si suffisamment de gens pensent que c'est possible, les dieux eux-mêmes sont capables de s'y manifester. L'esprit d'une mortelle ne pouvant pas le supporter. Reste bien loin de la disjonction, enfant du bracelet. Evite le danger et tu pourras continuer à nous servir. »

10_/ La Voie Secrète.

« Te voici à la frontière nord de notre royaume. Ne va pas plus loin, esclave, ou tu tomberas sur la barrière. Mais prends tout de même le temps d'apprécier l'endroit où tu te trouves. Au-delà de la frontière, c'est la liberté qui t'attend. Mais la liberté de souffrir, et de mourir, aussi. Reste avec nous, esclave. »


------------------------------------------------------------


Stèles Lémuriennes :

1_/ Île de Télith.

« Tu n'es pas seule. Tu ne vaux pas moins qu'eux. Tu peux être libre. Tu n'as pas besoin de croire leurs mensonges. J'ai laissé ces pierres à l'attention de mes enfants égarés. J'ai détourné leur sorcellerie de sorte que seuls les esclaves du bracelet puissent entendre mon message. Je suis la mère de ta race. Je suis la gardienne des secrets, la tueuse de dieux. La Reine-Sorcière. Je te guiderai, je te prodiguerai mon enseignement et, quand le moment sera venu, je te libérerai. »

2_/ Au nord du Cercle des épées.

« Peut-être es-tu née esclave et ne te souviens-tu pas du tout du sort qui a façonné notre peuple. Nous étions un peuple de marins, de voyageurs et de marchands. Notre archipel était un lieu prospère et nous passions nos journées à pêcher et à naviguer. J'étais une apprentie du Culte de Dagon. Et puis, le Cataclysme a frappé. Le monde a été secoué et nos îles ont explosé dans un ouragan de flammes. C'était le chaos. Et puis, finalement, elles ont sombré sous les flots. L'eau sombre est arrivée, furieuse, impossible à arrêter. En quelques instants, l'océan, qui était jusque-là notre allié, a englouti tout ce que nous possédions avec une faim dévorante. Nous avons rassemblé tout ce que nous pouvions dans nos bateaux, et nous avons fui, en direction de l'ouest. »

3_/ Au sud-est de la Nouvelle Asagarth, au bord du lac.

« Connaître le passé permet d'éviter de reproduire les mêmes erreurs à l'avenir, mon enfant. Lorsque nous avons fui la destruction de notre archipel, nous avons débarqué sur la côte est de ce continent. Il y avait là un peuple avec lequel nous faisions affaire de temps en temps. Mais quand nous avons accosté, ces gens ont pris cela pour un acte d'agression. A demi-noyés, assommés par la perte de nos îles, nous étions affaiblis, et les malfaisants Khari en ont profité. Une fois capturés, nous avons été enchaînés et ils nous ont mis au travail. C'était la première fois de notre histoire que nous devenions esclaves. »

4_/ Au sud du camp du Rocher de Fondeleau.

« Les Khari étaient des maître impitoyables. Je préfère ne pas te détailler la brutalité de notre existence sous leur joug, mon enfant. Tu mènes actuellement une existence similaire sous la férule de tes maîtres. Comme tu t'en doutes, certains d'entre nous avaient des connaissances bien plus grandes que les Khari. Notre civilisation îlienne était bien plus avancée que la leur. S'ils ne nous avaient pas pris par surprise, à un moment où nous étions sans défense, nous les aurions annihilés. Certains d'entre nous parvinrent tout de même à s'enfuir. Une poignée à peine, quelques milliers, tout ce qu'il restait d'un empire autrefois puissant. Nous avons fui toujours plus loin vers l'ouest. »

5_/ A l'Est de la Veille de Lian, contre la falaise.

« Nous avons enduré de nombreuses épreuves au cours de ce périple, et nous étions épuisés. Arrivés sur les côtes d'une mer intérieure, nous avons construit bateaux et radeaux afin de la traverser. Il y avait des îles à cet endroit, et deux d'entre elles au moins avaient été habitées par le passé. Certains des nôtre ont décidé d'y rester, espérant recréer une civilisation de marins telle que celle que nous avions connue avant le Cataclysme. Mais l'eau nous avait déjà trahis une fois, et la plupart d'entre nous a décidé de continuer. Nous étions moins nombreux que jamais. »

6_/ Tour sud du Grand Barrage.

« Et c'est ainsi que nous sommes arrivés à ce royaume. C'était une terre fertile, dont les collines et les plaines verdoyantes se transformaient, au sud, en un désert s'étendant à perte de vue. Au nord, il y avait des montagnes, mais pas celles, enneigées, que nous avions vues au cours de notre voyage. Juste des pics déchiquetés. Et un marais, immense et inquiétant, qui s'étendait telle une ombre sur la partie orientale de la région. Mais il était clair que cette terre était habitée. Partout, il y avait des pierres dressées couvertes de gravures, et, au nord, l'eau d'un lac cristallin était véhiculée par un grand aqueduc. Et la cité... une telle ingénierie dépassait de loin les facultés de l'humanité. J'ai vu les grands monuments, les statues qui contemplaient le fleuve en silence, et les tours qui se dressaient telles des flammes au-dessus de la région. Et je dois bien le reconnaître, à cet instant, j'ai pris peur. »

7_/ Sur le plateau du Gouffre de Pointeglace.

« Lorsque nous avons rencontré les êtres que nous appelons les rois-géants, certains d'entre nous sont tombés à genoux pour les vénérer. Il ne pouvait s'agir que de dieux qui étaient incarnés afin de venir nous saluer au terme de nos terribles pérégrinations. Nous ne comprenions pas leur langue mais, ensemble, nos sorciers et les leurs conçurent un puissant rituel. Des gemmes enchantées nous permirent de communiquer, et nous forgeâmes des bracelet dans lesquels les enchâsser. Et c'est ainsi que nous avons pu parler aux rois-géants. »

8_/ Au nord-ouest de la stèle du Gouffre de Pointeglace, contre un glacier.

« Plusieurs erreurs furent commises au cours de notre relation naissante. Nos alliés n'avaient eu que peu de contacts avec les humains, et notre impatience était incompréhensible pour des êtres vivant si longtemps. Pour nous, ils étaient incroyablement lents à prendre la moindre décision, tandis que pour eux, nous n'étions que des enfants agissant sans réfléchir. Mais tout de même, nous progressions. Ils avaient fini par accepter que nous nous installions dans les terres marécageuses à l'est. A leurs yeux, ces terres n'avaient que peu de valeur, mais pour nous, qui étions des marins depuis toujours, c'était une chance d'être de nouveau au contact de l'eau. Et nous savions qu'à force, nous parviendrions de nouveau à appeler Dagon. »

9_/ Côté nord du Passage des Lémuriens.

« Dans les premiers temps, notre amitié avec les rois-géants nous fut très profitable. Nous faisions affaire avec eux, échangeant nourriture, connaissances, et babioles, et nos deux peuples prospéraient. Mais les rois-géants finirent par s'inquiéter de la vitesse à laquelle nous nous reproduisions. Il leur fallait plusieurs siècles avant d'être en âge d'enfanter, aussi leur nombre n'était-il pas important. Tandis que nous, les terres que nous occupions finirent par ne plus être assez vastes pour nous, et nous commençâmes à nous étendre sur les leurs. Afin d'éviter des problèmes, j'ai commencé à envoyer des éclaireurs vers le nord, au-delà des frontières du royaume des rois-géants. Ils avaient pour mission de trouver des terres fertiles n'empiétant pas sur celles de nos hôtes. Mais eu lieu de cela, ils ont découvert quelque chose d'inquiétant. »

10_/ Au sommet de la pointe ouest de Xullan.

« Veux-tu que je te parle du passage que nos éclaireurs ont découvert dans les entrailles de la terre, mon enfant ? Et de la cité fabuleuse qu'ils ont trouvé là, avec ses places immenses et ses temples consacrés à des dieux anciens blasphématoires qui existaient avant l'humanité et qui seront encore là quand nous aurons disparu depuis longtemps ? Mieux vaut que je ne le fasse pas, cela t'emplirait de terreur, mon enfant. Je vais me contenter de te parler des créatures qui habitaient là... des êtres tels que l'on n'en trouve que dans les histoires jouant sur les peurs les plus primales de l'homme. Car, dans les profondeurs de la terre, nous avons découvert tout ce qu'il restait des hommes-serpents de Valusie. »

11_/ A droite de l'obélisque de Château Noir.

« Nous sommes allés trouver les rois-géants et le Triumvirat pour leur dire que nous avions découvert leur plus noir secret, et ils n'ont pas nié. Comment pouvions-nous leur faire confiance, alors qu'ils étaient alliés avec les ennemis séculaires de l'humanité ? Alors, je leur ai lancé un ultimatum... J'ai exigé qu'ils nous cèdent les terres du nord et qu'ils ne nous empêchent pas d'exterminer les hommes-serpents. Ils ont refusé. A partir de cet instant, la guerre était inévitable. »

12_/ A droite de l'entrée de Château Noir.

« En temps de guerre, tout le monde est coupable. Qui a porté le premier coup ? Je ne saurais le dire. Ils ont décidé de nous réduire en esclavage, en détournant l'usage prévu pour les bracelets, et nous avons riposté en détruisant leur aqueduc. Puis nous avons bâti l'avant-poste de Xullan, au nord, afin de surveiller les hommes-serpents et de les empêcher de rejoindre leurs alliés. Et je me suis mise à concocter un puissant sortilège afin de garantir la sécurité des nôtres. »

13_/ Nord est du camp de Nordhof, contre les rochers.

« La guerre se poursuit, mon enfant. Je ne saurais dire quand elle s'achèvera. Peut-être ne te souviens-tu même plus de nous. Il est possible que tu ne sois pas née parmi les nôtres. Mais je t'en supplie, joins-toi à notre effort de guerre. Résiste contre les rois-géants. Sabote leurs ouvrages. Et sache que nous venons te chercher. »


Keja

Messages : 6
Date d'inscription : 23/04/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum