Présentation [Sabran]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Présentation [Sabran]

Message par Alazar le Sam 4 Aoû - 12:52

[justify]

Nom du personnage : Sabran Yazid Erkan

Age : un peu plus de quarante ans

Peuple : Turan

Religion : Erlik et Tarim le Vivant (croyant mais pas spécialement pratiquant)


Description physique (taille, poids, cheveux, yeux, particularités...) : Sabran est un homme d’une bonne condition physique aux manières raffinées, à la barbe fournie et entretenue, il porte du khôl, et possède un charme certain qui se situe quelque part entre ses épaules rassurantes et son sourire discret.


Caractère (grands traits) : Sabran a pour lui la force du guerrier qui a posé le sabre pour tenir le kalam. Instruit dans les arts de la guerre il se bat plus volontiers avec des poèmes ou de la philosophie, avec les textes des anciens penseurs aquiloniens, ou les sagesses kithans. Mais contre les barbares qui ne respectent rien, il sait leur rappeler qu’il n’a pas toujours été un pacifiste.


Son histoire avant l'exil et la raison de son exil : Sabran Yazid Erkan est né de la seconde épouse du Sultan Ahroun Yazid Yazidi. Il est le premier mâle de sa fratrie. Sa famille avait hérité d’un titre, deux générations plus tôt, en le prenant au corps encore chaud de Salman As Shahin, un iranistani dont le domaine jouxtait les conquêtes les plus au sud du jeune empire turanien. Il a hérité d’une culture de la guerre, de la conquête et de l’expansion, tout en prenant très tôt conscience qu’il s’agissait de valeurs qu’il ne pourrait jamais défendre. Son père et lui s’entendaient de moins en moins, se disputaient sur tout. Pourtant, Ahroun refusait de déchoir son aîné pour le remplacer par son cadet  Ghazim. Ce dernier était pourtant tout l’inverse de son frère et brûlait d’envie d’étendre le domaine de ses ancêtres en fondant plus au sud sur le Ghulistan et ses bergers nomades. Sabran sentait la guerre venir, et il ne voulait pas la guerre. Il trouva à son père et à son frère deux nouvelles épouses dont la beauté et le savoir n’avaient pas d’égal. Trop occupé à goûter aux fruits de la vie pour s’occuper de querelles familiales, Ahroun et Ghazim cessèrent d’ennuyer Sabran qui put retourner écumer les rouleaux de savoir jetés en vrac dans le butin familial. C’est ainsi qu’il découvrit dans un récit l’existence d’une terre maudite dont on ne pouvait revenir. Les sources étaient rares, fragmentaires, mêlant légendes, superstitions et vérités brisées. Un seul terme revenait « l’Exil ». Jetés au désert, emportés par la tempête, engloutis à tout jamais dans le sables. L’Exil était il une métaphore pour les mystères de la mort ?


Aucun livre ne portait de réponse à cette énigme. Sabran fut interrompu dans ses recherches par la mort de son père. Soudain Ghazim sortit des torpeurs de l’amour pour se souvenir du titre qu’il convoitait. Il rassembla ses alliés et fomenta un assassinat. Sabran, alors,réagit en refusant de répondre au sang par le sang. Il invectiva les assassins envoyés pour le tuer, il les retourna et les convainquit de retourner plaider sa cause auprès de son frère. Ghazim, exaspéré par la verve de son frère, et n'ayant pas envie de voir ses propres sbires se retourner contre lui, accepta de laisser partir son frère sans le tuer. Mais pour être certain qu'il ne reviendrait pas plus tard plaider sa cause et soulever le peuple contre lui, il le fit capturer pendant la nuit par des mercenaires étrangers et n'écoutant que l'or, et le fit jeter dans le désert, accroché sur une croix.


Alazar

Messages : 1
Date d'inscription : 03/08/2018
Age : 38
Localisation : Myons

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum