Présentation Shao Fei

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Présentation Shao Fei

Message par Isvel le Lun 11 Juin - 14:32



Nom du Personnage : Shao Fei
Age : 19 ans
Peuple : Khitan
Religion : Yun

Description physique : Taille moyenne, yeux bridés et vert, visage rond et les cheveux noir. Son corps svelte et peu musculeux témoigne d'un style plus basé sur l'agilité et la vitesse que sur la force ou d'une combattante de salon.  

Caractère : Réservée, prudente et  parfois versatile, Shao aime rendre service mais aussi être libre. Son esprit est comme l'eau, calme et sereine, puis turbulente et indomptable.. Elle n'hésitera pas a combattre pour défendre sa vie ou celle d'une personne qui lui est chère. Il est dur d'obtenir sa confiance surtout quand on est trop pédant avec elle, cependant une fois qu'elle s'est liée d'amitié elle devient loyale et protectrice.. même si elle ne vous prendra pas forcément dans les bras pour un calin . Comme beaucoup de personne discrète elle cache ses défauts et pulsions malsaines derrière un mur de glace et un aspect glacial.


Histoire avant l’exil
Je suis née dans la province de Tsenain dans un petit village à la bordure de la grande Shaulum. La vielle ville a remplie une bonne partie de mon enfance. Née fille de marchande au inspiration plus élevée pour sa progéniture on m'a inculqué depuis ma première lune a être une bonne fille. Digne et respectable. Un honneur pour ma famille et mon futur époux. Pendant mes leçons journalière, on m'apprenait à me tenir bien droite, à parler que le nécessaire, à servir mes invités avec dignité, à compter pour aider ma mère dans ses échanges... je me souviens de ses longues leçons ou mon regard glisser parfois vers l'orée de ma fenêtre cherchant discrètement mon ami de toujours, Tsao. Il était le fils d'un des chasseur du village. Étant souvent absent pour ses chasses, son père laissait régulièrement Tsao plusieurs jours consécutif seul chez lui. Libre de ses activités et de ses allez et venu, n'étant pas de très haute naissance, la vie de mon ami m'avait toujours parut plus simple que la mienne. Plus douce et sucrée. Quand nous étions encore très jeune lui et moi, et que ma mère ne pouvais pas encore me garder auprès d'elle trop souvent, je me dérobai avec lui dans les méandres de la ville où nous jouons pieds nues à grand crie et rire au dépit des passants. Puis Tsao appris avec son père à chasser, et nos aventures volés à ma mère se sont transformer en escapade dans la petite foret de bambou qui border la colin de la ville. Il m'apprit, à son tour, les bases du tire à l'arc et nous partions tout les deux à l'assaut de pauvre lapins en déroute ou de bûches rebelles qui avaient eu que le malheur de croiser notre route. Nous rentions souvent plus bredouilles et crantés que nous l'aurions aimez. La vie était encore douce et enfantine et les quelque sermons de ma mère sur l'état de mes vêtements à mon retour n'était qu'un petit prix à payer pour ces moments de liberté.

Et puis vient l'âge fatidique où la réalité fait place aux rêves. J'avais atteint l'âge où courir à moitié nue dans les rue n'était plus admissible pour une jeune femme. L'âge où ma mère commença à me former un peu plus au lettres et à la dignité. L'âge où mon père, se mis dans l'idée qu'il faudrait bientôt me marier. Je passer mon temps auprès de ma mère ou à peaufiner mes art des lettres et de la musique au doux rythme des saisons. Tsao ne passer plus aussi souvent me voir. Je pense avec le recule qu'il aurait aimé m'épouser. Mais j'étais bien au dessus de lui et mes parents avait d'autre projet. Il m'arrivait donc parfois d'avoir un peu de répit, et sans mon compagnon d'infortune à mes cotés je me pris d'une nouvelle lubie: l'observation scrupuleuse et discrète des entraînements de la garnison installer non loin de la vielle ville. Je me rappelle encore de Sora et Shui qui m'accompagnait alors. Les soldats sont un bien beau fantasme pour trois jeunes filles dans la fleur de l'âge mais mes longues observations cacher dans le buisson, derrière ce petit muret avaient d'autres ambitions. J'observe leur geste, si gracieux qu'on aurait dit des danseurs. L'art de la guerre ne m'a jamais intéressé et j'ai bien de nombreuse foi prier Yun qu'aucune guerre n'effleure le pas de notre porte et ne m'emporte mon père loin de moi, mais leur mouvement à toujours était un spectacle captivant à mes yeux. Ses donc en cachette le soir, loin des yeux de mes parents, que je m'entraînai discrètement et maladroitement à reproduite ces grands guerriers avec l'aide du manche de mon balais.

Yun, je me demande encore pourquoi. Pourquoi tout à changé si vite. La guerre a éclaté quelques années plus tard. Une guerre contre la province voisine de Hunaîn. Une guerre qui emporta mon père dans la tombe. Afin de protéger ma mère on me maria dans la précipitation à un jeune noble plein d'ambition. Jinhang avait de nombreux défauts et je ne l'aimait pas. Mais il était mon époux. Et sa richesse avait le mérite de mettre ma mère a l'abri du besoin et de la honte. Mais la guerre des hauts dignitaires ne fait pas de quartier et n'a pas de répit, même face à un tel sacrifice. Mon époux fut tué, empoisonné alors que je servais le thé à un repas haut placé. Avait t'on changé les herbes sur le marché ? Avait t'on empoisonné l'eau ? Je ne le sais toujours pas. Quoi qu'il en soit je fus accusée d'avoir voulut récupérer la richesse de mon mari. Ma mère me fut prise une nuit par une dague. Quand à moi je fus traînée comme exemple pour toutes les femmes, pieds nue dans les rues jusqu'à la demeure de notre seigneur ou la décision fut prise de m'envoyer en exil comme exemple pour ma honte et mon déshonneur. En exil ... mais où ?


Isvel

Messages : 1
Date d'inscription : 04/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum