Présentation Calimède

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Présentation Calimède

Message par Calimede le Ven 1 Juin - 16:19



Nom du personnage : Calimède [Kalimède]

Age : 20 ans
Peuple :
Argossienne
Religion : Bel

Description physique:
Taille : 1,65m
Poids : 48kg
Cheveux : Noirs
Yeux : Gris acier.
Général:
De petite taille la jeune argossienne est d'apparence gracile et fragile, sa peau est légèrement halée par le temps passé sous le soleil et sur l'océan. Cette apparence fluette cache une musculature fine qu'elle développa a aider l'équipage du navire de son père dés son plus jeune âge.
Le dos nu, on peut voir se dessiner les marques du fouet profondément dans sa chair, marques qu'elle cherchera presque toujours à camoufler par orgueil.

Caractère:
Indépendante et fausse, elle a pour habitude de n'en faire qu'a sa tête sous couvert de soumission ou d'accord. Elle affrontera les tourments avec une apparente désinvolture, préférant livrer ses véritables sentiments à la solitude dans un sursaut d'orgueil.

Son histoire avant l'exil :

Née de parents Argossiens, Calimède vécue son enfance dans un village portuaire à l'Ouest de Messantia et au sud de la forêt des goules. Son père était marin et négociant d'huile et de vin, quand à sa mère, elle tenait les affaires d'une petite échoppe de poterie à terre. Sa vie aurait pu être paisible si une épidémie n'avait frappé le village. Nombreux homme et femmes moururent en cette triste période, et la famille de la petite fille ne fut pas épargnée. Sa mère rendu l'âme après de long jours de luttes vaines contre la maladie. Calimède avait alors 10 printemps et ce jour elle versa toutes les larmes de son corps alors que son père la bercait en lui expliquant que Mitra avait choisi de rappeler sa mère à lui.
Cette épreuve marqua leur famille, et le père de Calimède ne put se résoudre à abandonner son enfant, il décida de l'emmener avec lui a travers les mers malgré les protestations de son équipage et d'abandonner et vendre l'échoppe de son épouse.
C'est ainsi que la jeune Calimède grandit, entre voyages en mer et escales à terre ou ils négociaient des vins et des huiles dans de petits villages pour les revendre à Messantia à prix d'or. Elle se forgea son corps ces années là, s'habituant au roulis et à grimper au mat pour hisser les voiles. Naviguer sur l'océan n'allait vite plus avoir de secret pour la jeune argossienne. Pendant ces années, elle noua des liens avec les autres membres de l'équipage du petit navire de commerce et plus particulièrement avec un Zamorien qui n'était pas insensible aux formes naissantes de la jeune fille. Celui ci l'abreuva des légendes et préceptes de Bel, lui expliquant que le seigneur au masque noir bénissait les acrobates et ceux qui n'hésitaient pas à avoir l'audace de prendre ce qu'ils désiraient. Réceptive et flattée à cette idée, elle lui prêta l'oreille et  le Zamorien devint rapidement son confident et mentor se rapprochant d'elle au grand damne de son père.
Avec le temps les deux complices eurent l'occasion de pratiquer quelques rapines et cambriolages à Messantia, profitant toujours du départ en mer du navire le soir même pour éviter d'éventuelles conséquences. Cela dura un temps, mais son père n'était pas aveugle. Les disputes devenaient fréquentes et l'homme avait beau aimer sa fille, sa propre chair, il devenait urgent de la séparer de l'influence et peut etre plus, de son homme d'équipage. Calimède allait sur ses 17ans lorsque son père la surpris a piocher dans les coffres du bateau. C'en était trop... La dispute fut aussi brutale que la gifle que Calimède reçue fut cinglante et le couperet tomba : elle serait mariée dans les jours qui viennent à une famille de négociant en vin, mettant fin à ses frasques et à l'idylle qu'elle entretenait avec son complice.
Acculée, la jeune femme pris une décision et avec l'aide et les conseils de son amant Zamorien, ils volèrent le navire et prirent la direction de la haute mer. Mais les dieux en décidèrent autrement. Pris dans une tempète, le navire fut brisé et son amant emporté par les vagues. Calimède ne due sa survie qu'a quelques morceaux flottants de l'épave du navire. Epuisée et condamnée a mourir de la soif sous un soleil de plomb, la jeune femme gisait sur son esquif, sentant que le voile de la mort recouvrait lentement sa vision. Elle cru à un mirage en voyant une voile se rapprocher et elle ne pu réprimer un faible rire fou en parvenant à distinguer la banniere flottante du navire.. Les dieux étaient cruels et se jouaient des mortels, elle avait troqué une mort lente en mer contre une aux mains de pirates.  
Pourtant, contrairement à ce qu'elle pensait, elle ne mourru pas et elle compris rapidement pourquoi... Le navire faisait route vers la Stygie avec sa cargaison... des femmes et des hommes de tout bord. Mise aux fers dans l'obscurité d'une cale qui empestait la sueur et l'urine, le désespoir la pris à la gorge mais, même alors que ses compagnons d'infortune tachaient la rassurer, elle ne montra qu'un faible sourire laissant croire à tous que cela ne l'atteignait pas. Ce n'est qu'a la faveur de l'obscurité, alors que tous dormaient et que personne ne l'entendait que les larmes et les sanglots vinrent..
L'Argossienne fut vendue sur les marchés de Khemi, son nouveau maitre, un noble stygien avait été séduit par l'exotisme de ses origines et par sa jeunesse. C'est certainement ce qui lui épargna le fouet lorsqu'elle envisagea de s'évader après ses premier mois de servitude. Avec le temps, elle accepta en apparence sa condition.. rampant devant ses maîtres et essayant de briller d'insolence devant les autres esclaves. Il lui arrivait de singer les favorites ou leur maître et un rire ou un gloussement parmi son auditoire était une victoire pour elle. Et il y eu cette fois de trop, ou elle se faufila dans les quartiers d'une des favorites qu'elle haïssait pour dérober ses parures et  la singer dans le quartier des esclaves. Mais cette fois ... c'etait bien trop et  certainement par peur, quelqu'un la dénonça et ce fut le début d'un enfer sans nom. Surveillée et dénoncée sans cesse, les punitions pleuvaient.. Au début, de simples taches toujours plus ingrates mais alors que cela ne semblait pas l'arrêter, son maître envisagea le fouet ou de laisser sa garde s'amuser. Chaque fois, elle se soumettait à la punition bon grès mal grès. .. chaque nuit, elle s'isolait pour pleurer toutes les larmes qui lui restaient, et chaque fois elle souriait en présence des autres esclaves.
C'est certainement ce sourire qui agitaient le plus les autres suivants... et c'est certainement ce sourire qui, dénoncé, força la main de son maître a en faire un exemple. Menée sur les terres de l'exil, Calimède fut battue devant toute la suite du noble et liée à une croix au milieu du désert. Alors que son maitre haranguait ses serviteurs et esclaves sur les répercutions d'une désobéissance ou sur le destin de toute personne qui lui tiendrait tête de quelques façon que ce soit, la jeune argossienne songea une dernière fois que la cruauté des dieux n'avait pas de limite.

Le convoi de son maître disparaissait au loin, et déjà elle sentait la brûlure du soleil sur sa peau. Seule et avec juste le gémissement d'un vent brûlant comme compagnon, elle sentit le désespoir commencer à l'étouffer...encore... mais cette fois les larmes ne viendraient pas.. l'impitoyable désert lui prendrait tout.


Dernière édition par Calimede le Lun 4 Juin - 19:36, édité 2 fois
avatar

Calimede

Messages : 3
Date d'inscription : 01/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Présentation Calimède

Message par Calimede le Lun 4 Juin - 18:23

MaJ
MaJ corrections
avatar

Calimede

Messages : 3
Date d'inscription : 01/06/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum