Salamandre

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Salamandre

Message par salamandre le Mar 8 Mai - 14:07

Les premiers qui les ont rencontrés, c’était les gamins de la tribu voisine. Ils étaient tombés sur les deux étrangers, l’homme, qui arborait des cheveux de feu et une femme à ses côtés, qui le soutenait et tentait de le soigner. Les gamins étaient revenus au camp, ils n’avaient jamais vu de peau pâle. Leurs guerriers n’avaient pas retrouvés les personnes. Ils n’ont pas compris comment ils étaient arrivés, mais la barrière verte s’était éteintes un court instant, première fois depuis longtemps.

La seconde rencontre avait eu lieu cinq jours plus tard, deux chasseurs leur étaient tombés dessus. L’homme pouvait tenir debout péniblement apparemment. Le premier chasseur avait voulu un trophée, son trophée l’a tué... Le second était revenu à la tribu. La traque avait commencée dès le lendemain. Les tambours avaient résonnés fort et haut !

Nous avions tout retournés, j’étais avec les meilleurs guerriers du clan, ils étaient partis, ils ont fuis devant notre colère, les lâches ! Les quelques semaines suivantes, nous les avons oubliés, la tribu voisine avait relancé un vieux conflit ! Leur sang devait laver l’affront. Une affaire rapide et expéditive, en théorie…

Quand tout s’est calmés, et la victoire nôtre, nous avons reçu au village la visite de l’homme, les guerriers étaient absent, les femmes ont décrit un géant aux cheveux de feu. Il semble affaibli, des marques rouges courant sa peau et quelques cloques, ses vêtements. Même affaibli, un géant reste le meilleur trophée, la chaman nous a exhortée, la soirée pris une ampleur ou drogues, rites de batailles prenaient le dessus. Quoi qu’il était venu chercher, il sera offert sur l’autel ! La peau des guerriers étaient recouvertes de peintures de guerre, les tambours remplissant les cieux de leurs tonnerre. Nos chants et nos rites ont réussi plus que prévu, ils ont fait détruire toute la barrière verte ! Et à mort les étrangers !

La charge a résonné, mon coeur s’est emballé, j’ai chargé avec les miens. Nos femmes l’avaient chassés la veille, et on a couru dans la direction indiquée, visiblement, c’était une fausse piste ! Le géant était malin, le chef nous a fait nous disperser et chercher. J’ai remonté avec trois chasseurs un cours d’eau, s’il était malin, il a fait ça ! Un feu était visible, il n’est pas prudent, nous si, avec mes frères, je me faufilait vers le campement, le feu était mourant mais ils étaient. Visiblement, plusieurs personnes. Des femmes à en juger par un peigne en bois également. Une femme pour moi ! Un grand sourire se fit jour avant de revenir à mes esprit, une branche avait craquée dans les fourrées, mon frère a sauté dessus de toute sa vigueur et poussa un énorme cri, il venait de s’empaler sur une branche, un piège visiblement, je contournais par un côté, mon compagnon de l’autre, j’allais le venger ! Juste après mon départ, des éclats ont résonné, une lutte, j’arrivais dans la sente ou le combat avait eu lieu. Mon compagnon au sol, un bon guerrier. Je vis le géant…
Enfin géant, les femmes s’étaient beaucoup laissés avoir. Il avait les cheveux de feux, mais qui semblait très loin de pouvoir s’enflammer. Couvert de sang, des cloques sur le visage, des cicatrices de morsures sur un avant bras, des anciennes tenues rapiécés, aucune arme en main. Et mes deux frères à venger, puis je prendrais ses femmes ! Je m’élance, lance en avant. Il est hagard, blessé donc mort !

“ Meurt, Salamandre !” Ma lance aurait dû me faire ressentir un impact, et je ne vis que du coin de l’œil que l’homme s’est jeté brusquement sur le côté, une dague apparaît sans prévenir dans sa main pour me taillader l’avant bras droit profondément, je lui envoyais la lance dans la tête pour le sonner, en panique. Il réagit à temps et se recula brusquement, me faisant un temps préci…. Ma lance, il l’avait agrippé au vol et mon avant bras blessé me l’avait fait lâchée ! Vite, je fouinais trouver mon coutelas en baissant la tête mais son poignard faisait déjà apercevoir à mes intestins la lumière du jour.

Je tombe au sol. L’homme se penche vers moi. Ses traits sont tirés, une grande fatigue se lit dedans et semble avoir perdu du poids. “Salamandre? ça me va comme nom. Je ne voulais pas faire de mal à quiconque, mais vous l’avez cherché. Bonne agonie, gamin, je dois rattraper les miens maintenant” Il se relève sans me perdre de vue et disparaît sans un bruit dans les frondaisons.


salamandre

Messages : 11
Date d'inscription : 15/10/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum