Présentation d'Edek le Cimmérien

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Présentation d'Edek le Cimmérien

Message par Késaras le Sam 28 Avr - 12:45

Image par Riccardo @Célestine.

Nom du personnage : Edek.

Age : 27 ans.

Peuple : Cimmérien.


Religion : Aucune.


Description physique (taille, poids, cheveux, yeux, particularités...) : Voir image plus haut.

Caractère (grands traits) : Loyal, travailleur, méfiant, fourbe/malin.

Son histoire avant l'exil :


~Souvent, Edek raconte son histoire à ses compagnons d'exils~


Je suis née dans le village de Katkoula, en Cimmérie près de la chaîne de montagnes nous séparant d'Asgard. Mon père manipulait le bois tandis que ma mère tissais tapisseries et tapis aux côtés d'autres femmes et de l'épouse du chef. Mes journées consistaient à aidé mon père, jouer avec les autres enfants, et 2 ou 3 jours par semaine, apprendre l'histoire de Crom ainsi que nos traditions afin de les honorer puis de les transmettre. A l'âge de 11 ans je commençais déjà à m'entraîner au combat aux côtés de quelques camarades. Cette activité devenait vite notre passe-temps principal de la journée et nous amusait au plus haut point. Pendant que nos entraînements portaient leurs fruits la fièvre pris mon père pour retrouver ses frères morts au combat, malgré que lui, qui avait souvent combattu, n'est pas eu cet honneur. Cette disparition me plongea dans les ténèbres quelques jours, le temps d'accepter le destin qui lui avaient été réservée était moindre comparé à la souffrance que certains combattants avaient rencontrés durant de grandes batailles.

Ces jours noirs passés, le chef décida de me confier ma première lame qui me fit honneur et qui m'obligea à lui offrir mon allégeance, le chef était un homme très fort et très respecté par les habitants du village, il était d'une grande bonté et se battait comme un ours aux côtés de ses frères. C'est après cette cérémonie que mon histoire allait commencée, cette lame me permis d'aller combattre à l'âge de 16 ans aux côtés d'amis d'enfances, de vieux guerriers et de bêtes sauvages.

La folie dans laquelle la guerre me plongeait ne cessait d’accroître en moi, le sang et les cris de nos ennemis ne cessaient de me donner du courage pendant les batailles, mais cette période fût courte, je redescendis vite sur terre quand j'appris le décès de ma mère, morte dans son lit ,seule, la femme qui avait su m'élever, m'éduquer, me nourrir et me loger pour forger l'homme que je suis aujourd'hui. L'enterrement de mon dernier ancêtre fût dur mais le destin m'avait ouvert une porte pour m'illustrer au combat, devant mon chef, devant mes frères, car désormais je n'aurais plus peur de laisser un quelqu'un seul derrière moi si je mourrais..


Les années passèrent, j'avais déjà 24 ans, les cicatrices commençaient à envahir mon corps et chevaucher mes tatouages. Les pillages contre les villages ennemis se succédaient avec gloire, l'or et l'argent coulait de toute part et tout le monde était heureux. La guerre emportait des frères mais bien plus de Vanirs. Nous faisions tous honneur à nos ancêtres, mais c'est un jour que se retourna contre nous.. Une après midi d'été, dans un petit village Vanir, nous fument surpris par nos ennemis qui avaient élaborés nombres de stratégies pour nous vaincre. Les pertes furent grandes et dans un moment de panique, je fis quelque chose que je n'aurais pu penser possible dans ma vie, je dû fuir avec lâcheté le combat, laissant derrière moi des frères d'arme se faire massacrer.. Après cet acte ignoble je fis route vers mon village, qui n'était plus si loin au bout de quelques jours de marche. Mes rations étaient terminées depuis presque 2 jours quand je fus enfin arrivé au village, après avoir pris de quoi me rassasier, je fis le récit du malheurs qui nous avait touché, c'est le fils du chef qui me l'avais demandé, car son père, mort pendant la bataille, l'avait formé pour prendre sa place un jour ou l'autre. Malgré l’aveu de ma lâcheté, je fis exilé de mon village, tel un traître, le fils aîné du défunt chef n'acceptant pas mon acte, mais d'autant plus, la défaite..

Pendant cet exile je parcouru des terres immenses à la recherche d'un endroit où survivre, enchaînant des petits boulots pour à peine me nourrir.. Mais un beau jour je fis une erreur qui me coûta très chère, mais malheureusement je n'en avais aucune idée.. Pris par une faim immense, suite à 2 journées entières de jeûne, je fis "l'irréparable" dans ce petit village, un vol, juste pour me nourrir. Je fus vite attraper par les gardes qui me jetèrent au cachot..


C'est un beau jour qui les soldats m’extirpèrent de ma cellule ou je séjournais. Encore à moitié endormis mes pieds traînaient sur les pavés de leur village, mais une fois la tête levée je vis une charrette tirée par deux chevaux m'attendre, quelle fût ma surprise quand on m'appris que j'allais être abandonné comme un vulgaire morceau de viande dans un endroit désertique que je ne connaissait même pas de nom.. Quelques jours de voyage en charrette et en bateau passèrent jusqu'à mon réveil mouvementé par les gardes, me traînant encore une fois pour aller m'accrocher sur une croix de bois. Les épines de cette structure me rentraient dans la chaire mais rien ne me faisait plus mal que la solitude que je ressentis pendant 2 longs jours accrochés comme un petit cuissot à cette croix, le soleil cognait contre ma peau et me brûlait toute la journée.

J'avais perdu tout espoir de survivre et j'attendais de mourir de soif, mes yeux commençaient déjà à me jouer des tours, mon ventre se manifestait aussi et au moment de fermer les yeux pour laisser mon abandonner mon corps à la nuit qui allait tomber, je fût réveiller par des voix qui venaient à ma rencontre. Ricanant une dernière fois à ce que je croyais être une hallucination, je fis surpris par la rupture de mes liens qui me firent tomber dans le sable encore chaud de ce désert. Une fois remis de cette frustration je me remis sur les genoux pour pouvoir observer mes sauveurs qui.. avaient disparu. Je mis quelques minutes à douter de cette chance magique qui m'avait libérée de mes chaînes, mais une fois mon esprit retrouvé, je me mis sur les deux pieds pour commencer ma route.

La lune m'éclairait assez pour pouvoir me déplacer prudemment dans ce désert, malgré que ne parvenait pas à distinguer les formes qui m'entouraient. Mais quand mes pieds commençaient tout juste à souffrir je fis surpris par l'apparition de ce qui me semblait être de l'herbe, jonchée de toutes sortes de fleurs et de plantes majestueuses. Surpris par cette beauté je me souvenu vite que ses plantes avaient surement poussées grâce à de l'eau ! Et c'est quelques mètres plus loin que je vis les premiers reflet de la lune sur une oasis. Ma fatigue avait été chassée de mon esprit et je fût une magnifique chute dans l'eau. Mes brûlures s'apaisèrent en même temps que ma soif, les fruits qui habitaient les arbres de l'oasis comblèrent ma faim. Après des rires, des cris de victoire et un agréable moment passé je m'endormis, les pieds dans l'eau.

Ma nuit fût bonne, je me souviens que le vent soufflait légèrement mais suffisamment pour me rafraîchir, malgré cet effort de la nature, ce qui me rafraîchit le plus fût un bon sceau d'eau fraîche sur la tête qui me fit bondir sur l'herbe à quelques pas de là où j'avais passé ma nuit. Après avoir secoué ma tête et retrouvé mes esprits j'aperçu une femme aux cheveux roux me regardant, un sceau à la main tout en souriant. C'était ma future compère, Linda avec qui je fut rapidement connaissance. Je sentis qu'elle n'avait guère de méfiance envers moi et après des dizaines de minutes à compter mon histoire et à écouter ses dires elle m'invita à m'installer chez elle quelques jours, avant de pouvoir commencer ma nouvelle vie. Malgré la façon un peu sauvage de Linda qui m'était inconnu, je répondis positivement à sa demande d'installation. Cette terre de l’exile était en fait habitée par de nombreux Hommes dont je n'aurait pu imaginer l’existence pendant tout ce temps accroché à ma croix. La terre fertile, le soleil tapant, Crom m'observant et la bonne compagnie s'y trouvant, je ne pouvais que bien commencer ma nouvelle vie.


~Et c'est ici que se finit son récit.. Ou peut être n'est-ce que le commencement ?~


PS : Je tiens à préciser que je venais du serveur Age Sombre et que je voudrais reprendre mon personnage, il vivait dans le village d'Asketill avec Bëor, Siïl et d'autres. Il aurait été pris dans une tempête de sable après la destruction du village et aurait été séparé du reste de ses amis.


Késaras

Messages : 4
Date d'inscription : 28/04/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum