Journal de Cyrnî Kolve

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Journal de Cyrnî Kolve

Message par Cyrnî Kolve le Mer 18 Avr - 21:47

Introduction



Je ne sais pas si je dois bénir Set et Derketo pour m'avoir permis de rester en vie, de les insulter pour m'avoir amené dans ses contrées hostiles, ou simplement rester concentrée sur ma survie...

Actuellement, je suis à côté de l'oasis, abrité sous les palmiers, écrivant ses quelques lignes sur des feuilles volantes grâce à l'éclairage de mon sommaire feu de camp.
Ses écritures deviendront au fil des nuits mon journal, mon histoire.

J'ai put récupéré les quelques feuilles sur lesquels l'écrit, ainsi que quelques vêtements en fibre dans lesquels je suis pour ne plus être nue sur le cadavre d'un homme...

Je prierais ce soir pour son âme... Même si je reste inquiète par les causes de la mort de l'homme... Vidé de son sang par ce qui semblerait être des morsures.
Quoi que soit l'animal lui ayant infligé ses marques, je n'aimerais croiser sa route...

J'écrirais d'autres passage de ma vie sur ses quelques feuilles... Lorsque ses souvenirs me reviendront... Si j'ai besoin de les écrire pour accepter ses souvenirs...

Quoi qu'il en soit, mon feu de camp n'est pas éternel et les branches finissent de se consumer... Je ferais mieux de récupérer d'autres branches pour continuer d'alimenter mon feu de camp et éloigner les créatures de la nuit lors de mon sommeil...

(ce sera sous forme de souvenirs ou des écrits comme cette partie, et peut-être que je mettrais des images à un moment donné)


Dernière édition par Cyrnî Kolve le Ven 27 Avr - 13:19, édité 3 fois
avatar

Cyrnî Kolve

Messages : 6
Date d'inscription : 15/04/2018
Age : 24
Localisation : Quelque part dans ce beau pays qu'est la Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal de Cyrnî Kolve

Message par Cyrnî Kolve le Mer 18 Avr - 21:56

I - Le souffle brûlant du désert



Réalise un lent tour avec sa tête
Je ne sais pas ce qui me tuera le premier...
Cette soif qui déchire mon ventre... Ou les vautours, tournant au-dessus de ma croix depuis... ces dernières minutes ? ces dernières heures ? ces derniers jours ?
Je ne sais plus... Les pertes de conscience se font de plus en plus régulière... Pour une durée de plus en plus longue de mon impression...
Relève avec difficulté la tête et observe l'horizon.
Je m'attendais pas a autant de compagnie pour m'accompagner dans la mort... Des squelettes empalés, le sable... les vautours...
Oui... Je n'aurai pu rêver mieux comme compagnie..
Cyrnî laisse alors sa tête tomber, sombrant peu à peu dans une nouvelle phase d'inconscience, les paupières se fermant lentement.

Un vautour se pose sur la croix, légèrement au-dessus de la tête de Cyrnî, à sa droite. Cette dernière émerge de sa phase d'inconscience.
En voilà donc un qui a assez de courage... Vas-y. Je t'en prie, achève moi et abrège mes souffrances.
Cyrnî redresse la tête avec difficulté, jetant un coup d'œil désespéré au charognard qui s'approche lentement.
Malgré ses pensées, lorsque l'animal réalisa un brusque mouvement en avant, Cyrnî tourna la tête, sentant une larme coulée le long de sa joue, attendant la douleur imminente. Mais au lieu de souffrir avec un morceau de chair arraché, ce fut un bruit sec que Cyrnî entendit.

Je ne suis pas... morte ?
Cyrnî redressa la tête lentement avec un peu d'appréhension, observant son "sauveur", un homme aux cheveux noirs, avec un torse bronzé et nu.


-As-tu soif, femme morte ?
Cyrnî acquiesça, tandis que l'homme poursuivait ses paroles, mais Cyrni n'arriva à toute les comprendre à cause de son état de fatigue.

Tout en continuant de parler, l'homme arracha sa hache avant de la jeter au sol, puis de s'échauffer et enfin de pousser la croix pour la faire tomber sur le sol.
Il arracha les liens entravant les poignets de l'adolescente, puis lui jeta sa gourde.
Cyrnî but une lente gorgée tandis que l'homme récupérait sa hache, puis il reprit sa gourde avant de s'éloigner en direction d'une titanesque tempête de sable.
Cyrnî se releva lentement, observant avec des yeux effrayés la tempête de sable, puis tourna les talons et se dirigea là où ses pas la portèrent, n'ayant pas la force de réfléchir avant de sortir le souffle brulant du désert la rattraper.
avatar

Cyrnî Kolve

Messages : 6
Date d'inscription : 15/04/2018
Age : 24
Localisation : Quelque part dans ce beau pays qu'est la Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal de Cyrnî Kolve

Message par Cyrnî Kolve le Dim 29 Avr - 11:06

II - Un nouvel horizon



Cyrnî fut réveillée au milieu de la nuit par des hurlements et cris, alors elle se releva lentement, tremblant à moitié.
Qu'est... ce que c'était ?
Malgré son instinct qui lui disait de s'enfuir le plus rapidement possible, Cyrnî suivit l'origine des sons.
Restant à distance, cachée par des plantes, elle observa deux groupes d'hommes s'affronter, projetant au sol des corps au fil des combats entre les divers membres du groupe.
Lorsqu'une vingtaine d'hommes fruent au sol, les hommes encore debout semblèrent fouiller les cadavres sur le sol, avant de disparaître dans la nuit.


Cyrnî resta quelques minutes supplémentaire dans sa cachette, puis elle en ressortit pour se rapprocher du lieu de combat, désormais occupé que par les morts.
Marchant en silence entre les corps, Cyrnî récupéra un arc et un carquois qu'elle mit en bandoulière, quelques dizaines de flèches qu'elle plaça dans le carquois. Puis elle plissa les genoux pour récupérer deux petites dagues en pierre.

Ca sera toujours mieux que mes poings lorsqu'un ennemi arrivera au corps à corps...
Cyrnî glissa les dagues dans sa ceinture, puis elle recommença à marcher entre les cadavres.
Elle s'arrêta quelques pas plus loin, ramassant une lance en pierre.

Ca ne doit pas être trop compliqué à manier ca aussi...
Un sifflement amena Cyrnî a se retourner, découvrant trois hommes, deux avec des tenues en fibres un avec un espadon, l'autre avec un bouclier et une masse. Le dernier homme était vêtu d'un simple pantalon en écaille verte, laissant sa hache reposée sur son épaule. L'homme torse nu s'avança de quelques pas, tandis que Cyrnî relevait sa lance nouvellement acquise vers l'homme, qui n'eut qu'un sourire moqueur.
-Tu tiens mal ta lance petite. Pose gentillement ton arme au sol, pour ta propre sécurité.
Cyrnî serra le manche de sa lance pendant que l'homme faisait un lent tour autour d'elle, restant à distance raisonnable de la lance. Revenant à sa position initiale, il la regarda, fit un rapide mouvement en avant avant de saisir la lance et de faire un large mouvement avec, jetant Cyrnî roulé quelques mètres plus loin. Il jeta la lance avant de s'avancer vers Cyrnî, lançant :
-Tu es jolie petite... Je vais te conseiller de te laisser faire si tu veux qu'on te fasse mal.
L'adolescente se releva et tourna la tête, remarquant que les deux compagnons de l'homme torse-nu se trouvait maintenant derrière elle.
-Trois contre une gamine ne sachant pas manier les armes... Ne résiste pas et peut-être qu'on te laissera en vie quand on en aura fini avec toi.
L'homme se remit à avancer, tapotant le manche de son arme avec ses doigts.
Vous allez surement me tuer après m'avoir violé... Et tu veux que je me laisse faire ? Mâle stupide ?
Les muscles de l'adolescente se détendire, amenant un sourire à l'homme à la hache, mais le sourire disparut rapidement lorsque Cyrnî s'élança en avant.
Elle observa l'homme reprendre sa hache en main alors qu'elle ramassait sa lance, puis elle fit un bond sur le côté lorsque l'homme tenta de planter sa hache dans la tête de l'adolescente, et profita de l'ouverture pour s'élancer vers le désert.
Elle s'arrêta derrière le pan des montagnes délimitant le désert de l'oasis, et pencha la tête pour observer les trois hommes s'arrêter de courir, se concerter du regard avant de se disperser.

Ils doivent penser que je vais revenir...
Elle observa le désert, puis tata l'épaisseur de la gourde trouvée le jour précédent, puis grimaça.
Ils n'ont pas complètement tord remarque... Il va falloir que je remplisse ma gourde bientôt...
Cyrnî soupira avant de tourner les talons et s'aventurer de nouveau dans le désert pour s'éloigner du trio.

Après plusieurs heures de marche et avoir réussi à traverser l'oasis...

Cyrnî, accroupie dans un buisson, observa un groupe d'exilés reprendre leurs maigres possessions avec quelques cris et s'enfuir face aux crocodiles.
Alors qu'elle s'apprêtait à se relever, Cyrnî entendit un grognement derrière elle, et se retourna brusquement en faisant tournoyer la lance qu'elle avait en main.
Cyrnî observa la hyène qui recula à la suite du coup, avant de relever la tête pour observer l'adolescente en grognant.
Cyrnî avança, menaçant l'animal avec sa lance, avant d'entendre un ricanement derrière elle.

Je hais ce ricanement...
Cyrnî se retourna et observa une autre hyène s'avancer en se léchant les babines...
La première hyène bondit sur Cyrnî et reçut un autre coup du manche de la lance dans sa machoire.
Cyrnî tourna la tête et donna un coup de pied dans la seconde hyène, la repoussant.
Cyrnî reprit en main la lance avant de s'avancer et d'achever l'animal d'un coup dans les côtes, puis d'être projetée en avant.
Cyrnî roula sur le sol en lachant la lance, puis releva la tête pour observer la première hyène s'approcher semblant se moquer de l'adolescente avec son ricanement terrifiant.

Non... Pas maintenant...
Cyrnî fut plaquée au sol par la hyène qui bondit.
Cyrnî ramassa une pierre trainant sur le côté avant de donner un coup dans la tête de la hyène, qui retomba lentement sur Cyrnî.
Cyrnî calma peu à peu sa respiration haletante, avant de pousser la hyène sur le côté et de se relever, tremblante.
Cyrnî alla ramasser sa lance, puis reprit sa route, plus attentive à l'emplacement des animaux pouvant l'attaquer.


Arès plusieurs dizaines de minutes, elle eut la malheureuse de surprise de croiser une meute de hyène...

Cyrnî sauta par-dessus d'un tronc désséché reposant sur le sol, et jeta un bref regard en arrière et observa avec plus ou moins de satisfaction l'une des hyènes se prendre le tronc dans les pattes et manger la poussière quelques instants après.
Cyrnî, reporta son attention en toussant sur la route qu'elle empruntait.

J'ai l'impression que mes poumons sont en feu... Je sens que je vais devoir prendre une pause prochainement...
Cyrnî remarqua une pente semblant escaladable.
Suis-je désespérée à ce point ? Il faut le croire...
Cyrnî orienta sa course vers la pente et commença à escalader le rocher.
Elle regarda le sol et observa les hyènes tenter de monter la pente et de glisser pour retomber au sol, entrainant des ricanements des autres membres de la meute.
Cyrnî calma sa respiration saccadée, avant de relever la tête pour observer la hauteur de la montagne qu'elle avait commencé à escalader.

Et bien, il ne me reste plus qu'à reprendre l'escalade...
Cyrnî plaça ses mains dans des petits espaces à l'intérieur de la roche, et reprit son ascension.

Après quelques minutes et quelques frayeurs au cours de la montée...

Cyrnî se laissa retombée sur le sol, exténuée, les poignets en feu.
Je l'ai fait...
Cyrnî fut traverser d'un sourire avant de boire une lente gorgée d'eau, puis de se relever.
Elle tourna la tête et remarqua une grande structure semblant en ruine, sur une autre colline.

C'est... habité ?
Cyrnî resta plantée sur le bord de la falaise plusieurs secondes, hésitant entre s'approcher de la structure et de reprendre la route.
Un sifflement étranger amena l'adolescente à tourner la tête pour observer une titanesque tempête des sables s'approcher de sa position à toute allure.
Cyrnî tourna la tête dans plusieurs direction avant de remarquer que le seul abri digne de ce nom semblait être la ruine située en hauteur.
L'adolescente se dirigea jusqu'à la base de la colline et se remit à l'escalader, espérant de tout coeur qu'elle arriverait au sommet sans difficultés.


Cyrnî se hissa avec difficulté sur le sommet de la colline.
Ce n'était pas aussi haut que je le pensais...
L'adolescente observa que la tempête de sable était sur le point d'arriver sur elle, alors Cyrnî se précipita à l'intérieur des ruines.
L'adolescente alla s'abriter derrière une partie des ruines semblant capable de la protéger des vents brulants et des caresses traîtres de la tempête de sable.
Face aux rafales, Cyrnî rentra sa tête dans le creux de ses bras et ferma les yeux, priant qu'une partie du bâtiment ne s'écroule pas sur elle.


Ne sentant plus les rafales de la tempête depuis quelques minutes, Cyrnî releva la tête lentement, clignant des yeux pour s'accomoder à la différence de luminosité.
Elle se releva lentement, grimaçant avec les courbatures de ses muscles.
Elle chassa le sable de ses vêtements et observa la saleté sur le sol avant de lacher un long soupir.
Cyrnî sortit des ruines, laissant ses doigts frotter contre les murs en grès.
Elle alla jusqu'au bord de la falaise et s'assit sur une pierre, laissant ses jambes se balancées dans le vide.
Elle fut parcourut d'un frisson en sentant les caresses du vent sur sa peau, puis elle ferma les yeux pour réfélchir à sa conception de l'avenir.


Oui... Je sais ce que je veux faire... Ce que je vais faire.
Lorsque Cyrnî ouvrit de nouveau les yeux, elle affichait un grand sourire, et elle se releva lentement, fixant l'horizon de ses yeux orangés, totalement envoutée par ce nouvel horizon.
avatar

Cyrnî Kolve

Messages : 6
Date d'inscription : 15/04/2018
Age : 24
Localisation : Quelque part dans ce beau pays qu'est la Bretagne

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Journal de Cyrnî Kolve

Message par Contenu sponsorisé



Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum