Les mémoires d'une déchue

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les mémoires d'une déchue

Message par Estrellada le Ven 23 Fév - 16:07

Chapitre I : Une nouvelle chance dans l'exil

Partie I : Le premier jour


Je ne pensais pas écrire un livre sur moi-même quand je suis descendue de cette croix, et pourtant, ne saurait-ce que pour garder une trace de moi-même s'il m'arrivait malheur, et que j'ai surtout enfin des parchemins à dispositions, je vais en profiter pour conter mes aventures dans ces terres qui servent de prisons pour des malfrats en mon genre.

Par où commencer ? Un résumé de ma situation actuelle serait des plus appropriés. J'ai été envoyé ici suite à mes actes dus à ma déchéance. Piraterie, pillages, esclavagismes et j'en passe. Tous les crimes qui étaient marqués sur cette pancarte étaient, pour ma part, bien réelle. Et je ne les nierais pas, bien que je sache reconnaître qu'ils sont d'une époque où j'ai perdu vision de ce que je suis réellement. Mais il semblerait que le destin n'ait pas encore eu assez de moi, vu que j'ai survécu, et que je me suis réveillés sur le sable brûlant, détachée de cette croix. Après un réveil en sursaut, j'ai pu faire mes premiers pas dans le sable… Qui ne furent pas bien concluant. Je me remettais encore de ma blessure qui avait été à peine guéri, il devait avoir que quelques jours. Mais, malgré cela, me saisissant d'une gourde que mon probable sauveur m'avait laissée, j'avançais le long du chemin de pierre, cherchant un endroit beaucoup moins chaud, mais surtout de l'eau et de la nourriture pour survivre ne saurait-ce qu'un jour de plus.

Je ne me souviens pas entièrement des premiers jours précisément, juste des actions globales que j'ai effectuer. C'est finalement après de longues minutes que j'arrivais enfin sur de la verdure, toujours dénudée, mais armée d'une hache de fortune faite en roche, pour s'occuper de ces petites pestes d'Imp qui m'agressaient. Je trouvais finalement l'eau, le fleuve, et par pur réflexe, je sautais dedans pour sentir l'eau couler sur mon corps nu. Mais ce fut une erreur, car très vite, et par chance, j'aperçus une ombre bouger dans l'eau, et à quelques centimètres de moi, dans mon ancienne position, une mâchoire se fermait. Je remontais à la berge, et me mis à courir sans regarder en arrière. Je finis par échapper au crocodile en montant sur les hauteurs. Je devais faire plus attention, même un endroit paradisiaque pourrait entraîner ma mort ici.

Les prochaines heures furent passées à la fabrication des vêtements en feuillage, juste pour me couvrir un peu, ainsi que d'une pioche et d'une torche. Qui m'ont été très utile pour me protéger des autres exilés. En effet, j'ai trouvé d'autres humains dans ces terres… Mais aucun était disposé à parler. Ils ont tenté de m'attaquer. J'ai dû donc me défendre et les tuer. Premiers humains que je rencontre, premiers meurtres. Malgré mon souhait de changer… J'avais continué à tuer… Le renouveau commençait bien pour ma part.

Mais je suppose que dans de telles terres, c'est nécessaire pour la survie… En tout cas, je m'endormais sur les hauteurs que j'avais escaladées, avec un seul feu pour me tenir compagnie dans ces terres hostiles sur lesquelles je n'avais aucun contrôle, avec pour seul repas un œuf que j'avais trouvé dans un nid de sortes de petites tortues pour remplir mon estomac.
avatar

Estrellada

Messages : 11
Date d'inscription : 04/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mémoires d'une déchue

Message par Estrellada le Mer 28 Fév - 17:44

Partie II : Le deuxième jour

Je m'étais réveillée aux premières lueurs du soleil. Mes sens en alertes, habitué par une vie de pirate, me mire sur pied de suite. Je n'avais pas le temps pour un doux réveil après tout. Chaque seconde d’inattention était synonyme de mort, et déjà passer une nuit dehors et seule n'était pas le meilleur moyen pour survivre. Debout, je commençais à remballer ma paillasse de fortune et à défaire le feu, pour ne laissez aucune trace de mon passage, puis je scrutais les environs pendants quelque temps, profitant de ma position en hauteur pour essayer de trouver des points d'intérêts pour moi.

Je notais surtout les deux statues proches du fleuve, qui étaient juste en face de moi au fait. J'allais m'en servir comme un repère pour mon exploration de ces terres. J'ai hésité de précieuse minute sur quel chemin prendre. Suivre le fleuve à l'ouest ou à l'est, sachant que le courant menait à l'est ? Ou bien allez au nord via le passage que je pouvais apercevoir, qui passait à côté d'un point d'eau et d'une bâtisse ? J'ai même été tenté d'aller voir si je trouvais pas des gens dans cette bâtisse mais… Il y avait une chance que ces derniers soit hostiles également, malgré l'esthétique du bâtiment qui pourrait laisser pensée à des personnes plus civilisées. Mais je ne pris pas de risque, et décida d’aller au nord, mais en évitant cette demeure… Ou quoi que ce soit.

Cependant, je rebroussai très vite chemin. J'arrivais à un désert, et bien qu'il semblait avoir du fer, chose que je notais dans un coin de ma tête, ici une chaleur insoutenable pesait, et bien que je pouvais avoir l'habitude de tel chaleur, j'avais d'habitude toujours de l'eau à côté de moi pour tenir… Ici, je n'avais qu'une gourde, et une hache en pierre… Et vu les bêtes qui trainaient dans les environs, je ne tiendrais pas longtemps. C'est ainsi qu'une fois de retour au fleuve, je pris vers l'est, pour commencer à reconnaître le terrain.

Passant outre les crocodiles, j'arrivais enfin à un arc de pierre, où je pouvais apercevoir au-dessus un campement d'homme tribal dessus. Je passais en dessous très rapidement, ne voulant pas attirer l'attention, pour arriver à ce est probablement la plus grande surface d'eau disponible dans les terres de l'exile. Plus loin, à l'horizon, je voyais que la berge opposée continuait, et qu'il faudrait que j'explore cet endroit, mais je décidais de m'occuper de ce côté tout d'abord. Finalement, je tombais sur une rivière qui tombait dans le fleuve, avec à quelques mètres plus loin un campement hostile, vu le carreau qui m'a rasé et laissé un filet de sang sortir de ma joue, qui était sous la bannière d'une main noire… A ce moment, je ne savais pas encore qu'il serait ma source principale de main d’œuvre… Vu que je ne comptais pas relancer à navire à vrai dire.

Je m'enfonçais dans les terres, en suivant la rivière, escaladant deux cascades sur le chemin, esquivant au passage hyènes et araignées, qui me donnait pas spécialement envie de me frotter contre eux. Finalement, j'arrivais à une cascade encore plus grande dans un petit lieu calme, dans lequel où je décidais de me poser une nouvelle fois, dans un surplomb du mur à côté, pour être à l’abri. Bien qu'avant de dormir, j'avais inspectée une forme étrange dans la cascade, et qu'elle ne fut pas ma surprise quand je fis que le mur était artificiel ! Quelqu’un c'était installé ici. Je ne dormais donc qu'un œil cette nuit, pour ne pas me retrouver avec un poignard sous la gorge… Vaut mieux prévenir que guérir après tout.
avatar

Estrellada

Messages : 11
Date d'inscription : 04/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mémoires d'une déchue

Message par Estrellada le Mar 13 Mar - 11:03

Partie III : Le 'chasseur'

Après une courte nuit, et avec soulagement de n'avoir pas rencontré le propriétaire du lieu, je défais mon feu et continuais mon chemin, en escaladant les parois avec difficultés. Grimpé sur un mat est une chose, sur une falaise, s'en est une autre. Mais j'arrive néanmoins en haut, et continue mon chemin, suivant la rivière. Cette berge ci était vide, sans créature, comparé à l'autre qui grouillait d'araignée… Je n'avais clairement pas envie d'y mettre les pieds dans mon état actuel. Des tortues et des imps, pourquoi pas, mais des créatures agiles… Surtout pas.

En remontant la rivière, je tombais sur une grosse structure en roche noire, mais les bruits qui j'entendais à l'intérieur, comme des cliquettements d'os, me signalais que non, je ne devais pas y mettre les pieds. Je ne m'attardais donc pas et continuais et quelques pas plus loin… Je tombais sur une forteresse, il n'y avait pas d'autres mots. Des murs gigantesques recouvraient une grande zone, et les murailles étaient gardés. Je remarquais un passage dans la roche, juste à côté de cette muraille… Mais je ne pris pas de risque. Sans même une armure, une simple flèche dans mon dos serait signe de mort…, ou d'une blessure suffisamment incapacitante pour m'y amener.

Je rebroussais donc chemin, et redescendis la rivière, pour revenir finalement à son embouchure sur le fleuve, après avoir évité les dangers sur la route, comme les hyènes et les Défaris. C'est à cet endroit que je rencontrais un vieil homme. Maintenant que j'y pense, je ne lui avais même pas demander son nom… Et malgré comment je suis parti en furie après qu'il m'avait forcé à prendre des cours de tir à l'arc car une épée ne suffirait pas à chasser qu'il me disait ce qui est bien vrai et je n'allais pas avoir d'arbalète avant un bon moment.

Pourquoi j'ai accepté son cours si à l'époque je n'avais clairement pas envie bien qu'aujourd'hui, j'espère le recroisé si les terres n'ont pas tués ce vieux chasseur pour le remercier comme il le faut pour ce qu'il à fait pour moi ? Hé bien… Concours de circonstance. Il m'a sauvé de ce qu'on appelle la Main Noire. Contre des armes de mêlées, j'avais mes chances, malgré mon équipement … primitif. J'avais foi en mes compétences de lame, et je me remettais petit à petit de ma mise en exile et de ma blessure. Mais fasse à des arbalétriers…. Disons que je me suis pris un carreau dans la cuisse avant que le tireur reçoit une flèche entre les deux yeux.

Maintenant que j'y repense… C'est probablement grâce à cet homme que j'ai décidé d'éviter de tuer à vue la moindre personne qui se présentais à moi. Car il m'a montré que bien qu'on soit dans des terres sauvages, et qu'on est tous des criminelles dans ses terres, certains étaient capable de se serrer les coudes, et de vivre plus ou moins en paix avec les autres… Enfin, paix est à bien grand mot.

En tout cas, pendant une semaine, il m’entraîna, entraînement qu'à l'époque je regrettais, mais pas aujourd’hui, à tirer avec un arc, bien plus technique qu'une simple arbalète. Étant blessée, je n'avais pas spécialement le choix. Mais une fois rétablit suffisamment pour marcher, je lui faussai compagnie… C'est peut-être mon seul regret ici. Il aurait fait un bon instructeur pour mon équipage… D'un autre côté, peut-être avait-il réellement des intentions derrières cela, et que j'ai bien fait de partir… Mais je suppose que je ne le saurais jamais. La seule chose qui est certaine est la direciton de mes pas, qui me menait de nouveau au sud… Et cette fois-ci, sur l'autre berge, pour voir si je pouvais trouver mon bonheur pour m'y établir peut-être pas de façon permanente, mais au moins un campement pour que je puisse avoir un endroit auquel revenir… Et commencer à m'occuper de chose plus urgente… Comme m'équiper pour survivre ici.
avatar

Estrellada

Messages : 11
Date d'inscription : 04/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mémoires d'une déchue

Message par Estrellada le Mar 13 Mar - 13:07

Partie IV : Un nouveau commencement

Finalement, après de longue exploration au sud, bien que pas si dangereuse que cela, j'ai trouvé l'endroit idéal pour la construction de mon campement de base… Qui deviendra pendant quelques mois ma demeure. Tout à l'est là où peu de monde passe, vu qu'ils préfèrent tous de passer au centre, j'ai trouvé un endroit qui m'as fascinée. J'ai tout ce qui faut en plus dans les environs, exceptés peut-être le fer… Mais j'allais m'arranger avec le campement de la Main Noire sur la berge opposée pour cela. En tout cas, cette crique était un endroit idéal, presque paradisiaque d'un côté. C'est ainsi que pendant deux semaines, j'ai construit un campement… Qui a fini en chaumière pour contenir tout ce que j'avais besoin pour survivre dans ces terres.

Pendant la construction, j'ai aussi fabriqué le nécessaire pour ma survie, des armures légères et de cuir, des objets en fer, récoltés sur les cadavres de mes fournisseurs que j'ai fondus derrière… Bien que leur qualité n'est pas la meilleure qu'un forgeron pourrait faire. Je suis pas une forgeronne après tout. Seule ma lame d’abordage est d'assez bonne qualité, vu que je l'ai prise sur un de mes ennemies.

J'avais également meublé mon habitat, et j'avais donc retrouvé une onde de confort malgré les terres où j'habitais désormais. Je dois avouer que ça m'avait manqué. En tout cas, une routine quotidienne c'était finalement installé dans ma vie. Me lever, vérifier mes prises dans l'eau, les faire cuire, maintenir mes armes, chassés si une envie de viande me prend, m'entraîner, nager… En soi, une vie digne d'un conte d'une personne perdue sur une île déserte… C'est calme et paisible… Trop peut-être. Il y a quelque chose qui me manquait dans cette vie que je menais… Des camarades, des personnes avec qui discuter. Un signe de civilisation à vrai dire. Mais, je pensais que c'était peut-être la meilleure solution. Il vaut mieux être seule que mal accompagnée après tout.

Mais j'ignorais que bientôt, dans quelques semaines, j'allais avoir une visite qui allait changer ma vision sur ses terres, et comment j'allais y mener ma vie… Pour le meilleur et le pire, pour cette femme qui souhaitait tiré un trait sur son passé.
avatar

Estrellada

Messages : 11
Date d'inscription : 04/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mémoires d'une déchue

Message par Estrellada le Jeu 15 Mar - 10:50

Chapitre 2 : Découverte de « civilisation », avec leurs avantages… Et inconvénients

Partie I : Une introduction


Il est temps de commencer à écrire sur le début de mes aventures sur les terres de l'exile… De mes réelles aventures du moins. Pas juste survivre en vivant une vie quotidienne, mais commencer à trouver un but dans mon existence.

Et c'est un Zingarien qui m'a permis de me lancer sur ce chemin. Ilkar il se nommait. Il a trouvé ma chaumière, qui pourtant était bien loin de sa demeure, alors que je remontais mes prises de la journée sur la plage. Après de courte introduction, il m'a demandé si je souhaitais découvrir une taverne, qui au moment où j'écris ses lignes, et probablement l'endroit où je passe le plus claire de mon temps, quand je suis pas sur mon navire ou… Ailleurs.

Nous sommes donc parties, après que je me sois équipée, et nous sommes parties vers le nord, en passant par la rivière que j'avais empruntée à l'époque. Nous passions au travers les araignées et nous passions même devant la muraille que je n'avais pas osé approché. Nous passâmes même dans le passage dans la falaise, pour nous retrouver sur la suite de la rivière. Le reste du chemin se fit principalement dans la savane, bien que j'ai noté plusieurs endroits lors de notre voyage. En tout cas, ce n'est pas avec mon équipement que je pourrais me balader tranquillement par ici, je devrais faire attention. A la limite les panthères, pourquoi pas. Mais les éléphants et les rhinocéros… On va éviter.

Enfin, en bordure d'une énorme falaise, on arrivait enfin au pied d'un ascenseur, et je fus surprise quand il m'indiqua qu'ici était une taverne, un lieu de rassemblement donc. Vide malheureusement pour mon premier passage. Mais je notais la position, je reviendrais bientôt ici, ne saurait-ce que pour avoir des informations sur les lieux et ses habitants. Vu que la taverne fut vide, on continuait notre chemin vers l'est, où il m'indiqua la présence d'un forgeron, Ard ; la cité de ceux qui vénèrent Mitra et enfin chez lui. Un passage de court durée, mais il m'a offert une lame en cadeau, de bien meilleure qualité que la mienne.

J'ai fini par retournée chez moi, en empruntant le même chemin. Maintenant que j'y pense… Je n'ai jamais réellement remercié Ilkar, ne saurait-ce que pour m'avoir montrée la présence de la taverne, qui va devenir pendant un temps mon centre de gravitation. Si je le recroise un jour, je devrais le faire.
avatar

Estrellada

Messages : 11
Date d'inscription : 04/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mémoires d'une déchue

Message par Estrellada le Sam 19 Mai - 12:47

Chapitre II : Peu importe le nombre de fois que je chute… Je continuerais de voguer vers l'avenir

Prologue 

Tout est arrivé si vite. Quand on commençait à voguer dans la jungle, pour se diriger vers les mers que les terres de l'exil, déjà sur le navire la tension était palpable. Beaucoup avaient entendu des différents événements qui se passaient dans les terres. Notre erreur à été de croire qu'on était en sécurité sur le navire, après tout, sans matériel, ils n'auraient pas pu aborder le navire…

Et pourtant, ils y sont arrivés.

On n'en savait pas qu'ils y étaient ? Membre du culte dans la jungle ? Les personnes qui viennent purger les terres ? On en sait rien. Tout ce qu'on sait, c'est qu'au moment de notre sortie sur l'océan, le cours instant de joie fut transformé en cauchemars. Des navires ont fondu sur nous. Certes pas aussi grand que le mien, mais ils étaient suffisamment et surtout, les membres des équipages adverses savaient naviguer. J'ai beau avoir entraînés à mon équipage comment faire, il était exactement comme moi ma première nuit sur un bateau pirate. Vierge, sans expérience. Il fut pas longtemps pour qu'on soit en grandes difficultés sous la vague de navire qui nous abordait.

Les duels furent confus, beaucoup tombèrent des deux côtés. Malgré nos équipements supérieurs, on commençait à plier… Puis le feu arriva.

Une explosion dans la cale nous firent tous tombées sous le choc de l'explosion, alors que le navire commençait à couler. Ce fut avec horreur que j'eus l'impression de revivre ma chute une nouvelle fois. Mon erreur cette fois-ci, avait été de sous-estimer à quel point ces terres, si elle souhaitait ta chute… Elle y arriverait.

Bien que le navire coulait, les combats continuaient, encore plus confus qu'avant, alors que le navire partait en morceau. J'avais donné mes ordres, le repli, en volant une des barques de nos agresseurs. C'était le seul moyen de survivre. On se battit jusqu'au bout, mais au final, que quatre avaient survécut. Comment je le sais ? Ce sont ceux qui m'ont repêché juste après… Complètement submergée par leurs nombres, je n'étais qu'une femme, et c'est sans surprise qu'une attaque m'atteignit une nouvelle fois. Malgré nos équipements supérieurs, on commençait à plier… Mais bel et bien une attaque frontale. Mais elle fit toute aussi mal, si ce n'est plus. Un terrible coup de hache me déchira la partie droite de mon visage. Aujourd'hui encore, alors que je repense à tout ça, soignant mes blessures, je m'estime heureuse. J'ai une vilaine cicatrice qui ne partira jamais, encore une fois, mais j'ai gardé la vue. L'instabilité du navire m'a sauvé la mise à vrai dire, pour cette attaque, qui m'avait mis à genoux, et pour l'explosion qui me souffla juste derrière. Mes cabines explosèrent cette fois-ci, m'envoyant volées un grand nombre des combattants dans les eaux… Et moi avec.

Ensuite, ce fût le noir, la douleur étant trop forte pour moi, malgré mon endurcissement dans ses terres, et je tombais dans l’inconscience. Je me réveillais que des jours plus tard me dit-on, affamés et assoiffés, et extrêmement diminués.

Les rares qui étaient encore vivants m'expliquait qu'ils avaient réussi à profiter du chaos pour s'enfuir et me repêcher, et était retournés dans le sud, dans une crique camouflée. Mais qu'on avait tout perdu. Qu'on était de nouveau nue ou presque comme des vers, comme notre premier jour de l'exil…

Mais c'est faux. On possède l'expérience désormais. Et celle-ci nous aidera comparée à un nouveau venu dans ces lieux. C'est comme si on revivait une aventure avec les souvenirs de celle-ci. On sait des choses qui vont nous être très utiles.

Mais je devais finir ma guérison. Bien que mon œil et encore utilisable, la blessure me fait encore un mal de chien, tellement que je ne ressens pas les autres coupures, et autres blessures de guerres sur mon corps, qui est bien plus marqué désormais par nombre de cicatrices. 

Mais je les rassurais. Tout comme les astres qui tournent au-dessus de nous… L'Étoilée remontra dans le ciel en temps et en heure. Et elle voguera une nouvelle fois sur ces terres. Je ne suis pas abattue désormais, ni ne possède cette idée farfelue que je devais mettre ma vie de pirate de côté. Je suis déjà passée par toutes ces réflexions, et si la mer ne m'a pas prise en ce jour… C'est qu'elle souhaitait encore que je navigue sur elle.
avatar

Estrellada

Messages : 11
Date d'inscription : 04/02/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les mémoires d'une déchue

Message par Contenu sponsorisé



Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum