[Morte - Explosée] Céleste

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

[Morte - Explosée] Céleste

Message par Matzazu le Jeu 1 Fév - 13:21


J-1, Veille de la crucifixion, route de l'exil.

Bien qu'ils aient pu me retrouver aisément à l'aide de ce maudit bracelet, mes geôliers avaient pris leurs précautions afin que je ne m'évade pas une troisième fois. Assise à l'arrière du chariot, sous un soleil de plomb, j'étais enchaînée à une cage par les chevilles, les poignets et le coup. Les liens qui me retenaient prisonnière écorchaient ma peau et par endroit mon sang perlait sur le métal.

Ma dernière tentative d'évasion m'avait épuisée et je manquais cruellement de sommeil. Terrifié à l'idée de me retrouver dans cette région dont personne ne revient, de terribles cauchemars agitaient mes nuits. Dans mon état, je ne pouvais plus fuir et à présent, je me savais condamnée.

Alexandro le plus curieux de mes bourreaux m'interrogeait souvent. Jusqu'à présent ses questions s'étaient heurtées à mon silence. Néanmoins, il persévérait et parfois j'eue la sensation qu'il lisait en moi alors qu'il plongeait son regard dans les abysses mes yeux bleus. Cependant, il n'en était rien. Encadré par ma longue chevelure noir, les traits doux et fin de mon visage affichait un masque d'innocence.

Le sergent Salvador, quant à lui, me dévorait constamment du regard. Bien que ma nudité fût salie et meurtrie par les récentes épreuves, elle n'en suscitait pas moins le désir. Ma jeunesse associé à la rigueur de mon entrainement me conférait une silhouette svelte et athlétique. Mon gardien se délectait de voir, sur ma peau mate, la sueur coulant sur les courbes fermes et légères de mes seins ou de mes hanches. Depuis Istharande et jusqu'àlors, jamais il ne s'en lassa. Ainsi il me permit de boire régulièrement afin que perdure le ballai scintillant de ces perles d'eau salée.

Sans conviction Alexandro fît une nouvelle tentative :
«-Allez ma belle, je ne connais même pas ton prénom... Tu peux au moins me dire ça ? 
-J'en ai plusieurs... Sarah, Angela, Francesca, a une époque on m'appelait ''présence'' à présent je suis la catin de Yog, la bête d'Istharande ou même la bâtarde de Jhebbal Sag.»

Convaincu par l'imminence de ma mort, j'avais finie par céder. Surpris que je lui réponde enfin, mon interrogateur mis un instant avant de poursuivre.

« -Hum... Je connais tous tes surnoms, mais ton vrai prénom quel est-il ? -Je l'ignore, je suis orpheline et ma famille d'accueil a jugé qu'un prénom ne me servirait à rien. Appel moi comme il te plaira je m'en moque. »

J'avais été éduqué pour me créer une identité à la demande, aujourd'hui ce talent me semblait bien futile.

Alexendro repris :

« -C'est pas banal... Très bien alors je vais t'appeler Céleste, car ta beauté semble provenir des cieux. Qu'en dis tu ? »

Malgré la situation sa suggestion m'arrachât un sourire et je me radoucis un peu.

« -Je ne peux qu'apprécier, c'est infiniment plus flatteur que les autres noms qu'on me donne en ce momment. »

Le garde profita de l'ouverture pour aborder les questions les plus délicates :

« -J'ai entendu toutes sortes d'histoires sur ton compte, je peine à croire qu'elles soient vrai. Comment tu en es arrivé là ? -C'est une histoire longue et complexe, es-tu sûr de vouloir l'entendre ?»

Il s'empressa de répondre par l'affirmative, on pouvait aisément lire sur son visage l'avidité avec laquelle il attendait mon récit.

« -Bien. Je vais essayer de faire court, mais il me faut commencer par mon enfance...



J'ai grandie au sein d'une organisation criminelle appelée la cour des ombres de Fiorel. Il s'agit d'une bande de truands pratiquant des activités aussi variées que leurs nombreux talents. Mes véritables parents, quant à eux, sont morts alors que je n'étais qu'un bébé. Je ne su jamais qui ils furent ou comment ils moururent, mais ce fût probablement l'oeuvre de ma famille d'adoption.

Je serai morte moi aussi si Christobal, une seconde main de la guilde, ne m'avait pas recueillît. Ainsi, je fus nourri et soigné par quelques prostitués tandis que je suivais l'entraînement de mon parrain au sein de l'organisation. Il m'enseigna diverses compétences telles que la ruse, l'escamotage, l'intrusion, le combat ou la lecture et la comédie.

Dès que je fus en âge de tendre une écuelle, on me fit travailler comme mendiante.

Le travail était simple en apparence, mendier, observer et rapporter l'argent et les informations. Il me fallut des mois de pratique pour déceler quelles étaient les informations les plus intéressantes et quels personnages méritaient d'être observé.

En grandissant, mes missions se diversifièrent ; vider les poches des passants en quète de bourses bien remplis ou de courrier intéressant faire le guet pendant un cambriolage, un trafique ou un passage a tabac, prendre des personnes en filature et bien d'autres choses encore.

Parmi les talents que je fus amené à développer, celui pour lequel j'excellais fût l'art de l'intrusion. Je pouvais m'introduire pratiquement n'importe où et j'en tirais une certaine satisfaction.


Vînt enfin l'adolescence. Peu après mes 13 ans, contre l'avis de Christobal qui m'avait prise en affection, le roi de la cour des ombres jugea que j'avais les atout nécessaire pour rejoindre une de ses maisons closes. J'appris les règles de bienséance, la satisfaction des plaisirs masculins ou féminin, je reçu des bijoux et de beau vêtement. Naïvement, j'étais heureuse de devenir enfin une femme.

Quand, quelques semaines plus tard, je fus jetée en pâture à une clientèle aux vices divers et variés, je déchantais rapidement. Cette vie était aussi rude qu'ennuyeuse, l'adrénaline et la sensation de liberté me manquait.

Cette période dura moins de 3 ans. Cependant, il me sembla que ce fut une éternité.


J'avais 17ans quand Christobal prît le pouvoir, il voulait depuis longtemps prendre la place du roi et il avait fini par y parvenir. Mon parain, qui ne m'avait pas oublié, me permit de sortir de la prostitution.

Je pus me consacrer à nouveau et pleinement à mon activité préférée, j'étais maintenant monte en l'air au sein de la guilde. J'enchaînais les missions frappant des cibles de plus en plus prestigieuses sans jamais laisser la moindre trace de mon passage. Parfois je dérobais un objet parfois une information. C'est à cette période que je reçus le surnom de "présence". Bien que personne ne connaisse mon identité la réputation de cette « présence » allait en grandissant, de nombreux commanditaires payaient à la cour des ombres le prix fort pour mes services. Si bien qu'un jour mes talents attirèrent l'intérêt d'un bien sinistre personnage.
Matzazu

Matzazu

Messages : 9
Date d'inscription : 24/01/2018

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum