Matado

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Matado

Message par salamandre le Mar 19 Déc - 0:26

_ Ha, la belle cité d'Ianthe ! Ses rues magnifiques, son port, ses effluves ! Un tel bonheur, le crottin de cheval qui cotoie les parfums raffinées... C'est bon d'être de retour à la maison. Allons donc voir ce que le Maestro veut de moi cette fois.

D'un pas assuré, l'homme avance, la démarche légère, digne d'un chat, sa démarche attire le regard de quelques badauds le long des quais, des signes légers de la main et oeillades pour ses demoiselles et leurs matrones. Un sourire éclaire les traits de l'homme, un plaisir de voir celà. Il tourne par une venelle secondaire, trois gamins dans un recoin, l'un des deux jeunes commence à venir puis l'ainé le rappelle rapidement, les trois partent. Pas stupide, pour un tire laine. Il sort de la venelle, puis prends la via Fraxo, continuant quelques peu d'un bon rythme, prenant soin de ne pas salir ses vetement en restant trop proches de charettes et autres attelages. L'esthétisme, c'est presque aussi important que le savoir vivre. D'un geste théatral, il rejette une mèche de cheveux pour finir son chemin.



Deux jours plus tard, à deux pas de la via Fraxo, l'homme est assis au bord d'une fontaine, avec un nectar de Vendishan, un tableau dans les mains, il observe la toile.

"Un vrai artiste, je ne m'étais jamais rendu compte de ce dégradé de rouge sur la partie inférieure, quel gâchis aurait été la perte d'une telle oeuvre, n'est-ce pas? Ho, je sais quelles questions vous vous posez, qui est-ce qui l'a peint? Est-ce l'authentique? Évidemment ! On aperçoit la signature dans ce recoin, certes, la lumière est mauvaise, mais celà devrait bientôt s'améliorer, même si la lune est belle"

Trois hommes d'armes et un officier se tiennent près de l'homme, une hallebarde, un plastron et l'emblème royal en guise de tabard. L'officier s'avance, incertain de ce qu'il voit, l'homme devant lui étrangement décalé, des tâches rouges au sol, mais visiblement, pas le vin. Il plisse les yeux, s'il aime prendre quelques pots de vins ou brutaliser quelques gueux, visiblement, le drôle devant lui est plus que celà....

Un grand craquement sonore retentit derrière les hommes qui se retournent brièvement, des flammes et un batiment dévasté derrière eux, d'une façon trop brutale pour être accidentel, l'officier se retourne pour pointer l'homme de son hallebarde, méfiant. L'homme reposait la bouteille et montre l'angle du tableau, la lumière des flammes éclairant suffisamment à présent.

_ Comme je vous le disais, c'est bien l'original, et il est à l'abri des flammes. Il faut sauvegarder la beauté dès que l'occasion se présente, vous êtes bien d'accord? Je me présente avant que la question ne sorte de vos lèvres, votre serviteur s'appelle Matado, défenseur de l'art, des demoiselles. Esthète et galant donc. À votre service. Menez moi donc à votre chef, je serais ravi de débattre des belles choses de la vie avec lui.

L'homme s'avance d'un pas, une jambe le faisant légèrement boité, sa cape sentant la fumée et déchirée, dénotant complètement avec l'allure générale du personnage. Les hommes d'armes le suivent, ou l'escortent, visiblement décontenancé, tandis que la lutte contre l'incendie commence...



salamandre

Messages : 9
Date d'inscription : 15/10/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum